31/01/2009

Oiseaux en hiver (3)

Aujourd'hui quelques photos de la mésange bleue (Parus caeruleus)

IMG_9321-rec-cadre1

 IMG_9322-rec-cadre1

 

IMG_9328-rec-cadre1

 

IMG_0005-rec-bis-cadre1

 

IMG_9378-rec-1-cadre1

 

IMG_9363-rec-cadre1


Petit complément:

Référence : L'homme et l'Oiseau 2/2003

 

La Mésange charbonnière (Parus major) est certes un des oiseaux les plus connus de nos jardins, parcs et vergers. Cavernicole, tout comme la Mésange bleue, sa commensale, elle adopte très volontiers les nichoirs en bois, en terre cuite ou en aggloméré que l'on met à sa disposition autour de nos habitations. Le trou d'envol aura un diamètre entre 30 à 32 mm., mais peut également être de forme ovale (32 x 45 mm.).

 

Pour observer facilement ces visiteurs assidus toute l'année durant et mieux les distinguer les uns des autres, tout en suivant leurs mouvements vifs et décidés, il est conseillé de se munir d'une paire de jumelles (focale 8 x 42 ou 10 x 42). Cette observation attentive permet de détailler les colorations vives du plumage et de faire la distinction entre les deux sexes.

 

Le mâle adulte présente une tête et une gorge noires à reflets bleuâtres et des joues blanches. Son ventre est jaune soufre et partagé par une large raie noire médiane qui lui descend très bas. Cette raie ventrale noire est plus étroite, plus courte et moins marquée chez la femelle. Le dos est vert olive, jaunâtre à la nuque et gris du croupion. Les jeunes ont des teintes plus pâles, sans netteté, avec le dessus de la tête brun noir, les côtés de la tête et du cou blanchâtres et une raie ventrale peu marquée.

 

Parmi les Paridés, la mésange charbonnière est la plus grande ( longueur totale entre 12 et 14,5 cm pour un poids de 15-22 gr.). C'est aussi la plus courante. Si les expressions vocales des diverses espèces de Paridés présentent entre elles une grande similitude, la Charbonnière a le plus riche vocabulaire grâce à son art des variantes et des combinaisons imitant tantôt le grincement d'une lime ou d'une scie à métaux, tantôt son chant sonne comme un petit marteau sur une enclume.

 

Grâce à son opportunisme, cet oiseau niche aussi bien dans nos villes que dans nos campagnes pour autant que le paysage soit semi-boisé. Sa densité varie suivant les disponibilités à la nidification et la richesse de la nourriture disponible en insectes et leurs larves. Le nourrissage des jeunes au nid (principalement chenilles et araignées) nécessite près de 500 allers et venues des parents pour l'apport de quelque 10.000 insectes par nichée.

Dès l'automne, le règne végétal nourrit la Charbonnière dans une large mesure : baies, graines diverses, céréales, graminées, etc. Plus tard, les aliments riches en graisse sont préférés : tournesol, noisettes moulues, bardes de lard non salé, margarine végétale, «boules à mésanges», etc.

 

La Mésange bleue (Parus caeruleus) commensale de la Charbonnière et que l'on rencontre dès lors très souvent côte à côte, est de taille plus petite (longueur 11-12 cm et poids de 9 à 16 gr.). Le mâle adulte se distingue de la femelle par un plumage aux colorations plus vives. La calotte est bleue, le front et les côtés de la tête sont blancs, avec une bride noire passant sur les yeux et rejoignant la nuque bleu noir (sauf une tache blanc bleuâtre). Le menton et le haut de la gorge sont noirs, s'élargissant en bas pour se réunir au bleu des côtés du cou et de la nuque. Le dessous du corps est jaune, sauf une zone ventrale médiane blanche autour d'une tache bleu noir. Le dessus est vert, teinté de jaunâtre au croupion avec sus-caudales bleues. Les jeunes sont plus pâles et ternes, avec calotte gris vert foncé et côtés de la tête jaune pâle.

 

On voit davantage la Mésange bleue dans le feuillage et jusqu'aux fines extrémités des rameaux. Bien qu'elle occupe les mêmes milieux que la Charbonnière, elle pousse à l'extrême sa préférence pour les arbres à feuilles caduques. Elle cherche davantage l'insecte que la Charbon-nière, mais elle est aussi carnivore que sa grande parente et fréquente comme elle les tables de nourrissage hivernal.

 

Le nichoir sera pourvu d'un trou d'envol entre 28 et 30 mm. de diamètre.

 

Information générale:

 

L'Europe est occupée par neuf espèces différentes appartenant à la sous-famille des Parinés (famille des Paridés). Six d'entre elles nichent chez nous, notamment la Mésange charbonnière, la Mésange bleue, la Mésange noire (Parus ater), la Mésange huppée (Parus cristatus), la Mésange nonnette (Parus palustris) et la Mésange boréale (Parus montanus).

Trois autres espèces sont communément apparentées à la mésange, mais appartiennent à d'autres sous-familles ou familles: la Rémiz penduline (Remiz pendulinus) qui est classée parmi les Rémizinés (Famille des Paridés), la Mésange à longue queue (Aegi-thalos caudatus), de la famille des Aegi-thalidés, et la Panure à moustaches (Panurus biarmicus), de la famille des Timalidés.

 

 

 mésange-1

 

mésange-2

10:54 Écrit par Papylou-999 dans Nature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hiver, oiseaux, mesange, mesange bleue, parus caeruleus, jardin

Les commentaires sont fermés.