10/10/2009

Cordes-sur-Ciel

En 1222, en pleine guerre des albigeois, Raymond VII de Toulouse décide la création de la bastide de Cordes qui devient un asile de choix pour les adeptes du catharisme. Elle subira les sévices de l'Inquisition et ne fera sa soumission qu'en 1321.

 

Au XIV° s., le commerce des cuirs et des draps y est florissant. Les teinturiers établis sur les rives du Cérou utilisent le pastel et le safran abondants dans la région.

 

Les guerres de Religion, la peste puis la construction du canal du Midi, au XVII° s. contribuent à éloigner Cordes des grands axes commerciaux.

 

En 1940, des artistes amenés par le peintre Yves Brayez donnent à la cité un élan artistique qui dure toujours.


IMG_6591-bis-cadre2


Comme le dit Camus, c'est une cité hors du temps, échouée à la frontière d'un autre univers, où la lumière vient jouer sur les tons rose et gris des façades en grès.

 

Partons à la découverte de la ville haute, flânant aux hasards des ruelles empierrées, parmi un exceptionnel ensemble de maisons gothiques.

 

Encore dans la ville basse, la Capelette Saint-Jacques, près de l'hôpital qui servait de relais aux pèlerins qui empruntaient la voie secondaire Le Puy – Rodez (ou Conques) – Cordes – Toulouse vers Compostelle.


IMG_6560-bis-cadre2


La Porte de l'Horloge fermait la quatrième enceinte. L'escalier du Pater Noster y monte, à partir du quartier de la Bouteillerie; il compte autant de marches qu'il y a de mots dans la prière en latin.

 

IMG_6600-bis-cadre2


Ensuite, la tour de la Barbacane, imposante sentinelle de la troisième enceinte (XIII° s.)

 

IMG_6564-bis-cadre2


La Porte du Vainqueur ( ou Porte du Planol) s'ouvre parallèlement au mur de la deuxième enceinte; elle est telle qu'elle fut bâtie en 1222. Elle était munie d'un pont-levis jeté au-dessus d'un fossé.

 

IMG_6567-bis-cadre2


La maison Gorsse (XV° s.) témoigne d'une certaine aisance dans la cité. C'est un bel exemple de passage du style gothique au style renaissance avec de belles fenêtres à meneaux.

 

IMG_6571-bis-cadre2


Tout proche, le Portail peint ( ou portail de Rous) qui donne accès au coeur de la ville fortifiée.

 

IMG_6574-bis-cadre2

 


En suivant la Grand Rue, on longe la maison Prunet qui se distingue par le grès mauve de sa façade. A côté, la maison du Grand Fauconnier, construite en grès ocre, est la plus récente des demeures gothiques cordaises.

 

IMG_6577-cor-cadre2


La Halle avec 24 piliers octogonaux qui soutiennent une charpente refaite au XIX° s. Une logette entoure l'ouverture d'un puits d' une profondeur de 113,47 mètres, qui intrigue encore les spécialistes.

 

IMG_6580-bis-cadre2

 

 


Maintes fois remaniées, l'église Saint-Michel conserve le choeur et le transept du XIII° s.. Le clocher à base carrée (XIV° s.) est terminé par un étage octogonal, flanqué d'une tour de guet.

 

 

IMG_6588-bis-cadre2


La maison du Grand Veneur est la seule maison gothique qui possède trois étages; la façades a subit les restaurations du XX° s.

 

IMG_6583-bis-cadre2


Une scène de chasse est représentée au deuxième étage de la façade.

 

Sur la photo on distingue un archer s'apprêtant à tirer une flèche, un chien poursuivant un cerf, un sonneur de trompe suivi d'un chien menaçant, un dernier chien poursuivant un lapin se dirigeant vers un arbre. Un oiseau couronne le sommet des grands arcs.

 

 

IMG_6583-rec-cadre2


A l'autre bout de la ville, la porte des Ormeaux donnait aussi accès au coeur de la cité. Elle constitue un résumé des restaurations successives.

 

 

IMG_6586-bis-cadre2

 


 

Pour compléter:

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cordes-sur-Ciel

 

 

 

11:46 Écrit par Papylou-999 dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tarn, bastides, cathares

Les commentaires sont fermés.