12/10/2009

Vers le Sud (2)

Un peu plus au sud pour rejoindre notre point de chute (Montesquieu-Lauragais) pour la visite de Toulouse. La distance n'étant pas très grande, nous nous offrons quelques détours.

 

Un premier arrêt pour visiter l'unique bastide-port, Lisle-sur-Tarn.

 

Fondée au XIII° s. par le Comte de Toulouse, elle fut un port très actif pour le commerce du pastel et du vin. Elle a su conserver son plan original en damier, son architecture médiévale et sa vaste place aux arcades (la plus vaste à couverts du sud-ouest).

IMG_6641-bis-cadre2

IMG_6646-bis-cadre2

 


 

L'architecture civile de la bastide est remarquable: maison à encorbellements, structure à pans de bois. Certaines sont reliées à leurs dépendances par de petits ponts couverts, les fameux « pountets » enjambant les ruelles au niveau de l'étage. Les façades actuelles datent des XV°, XVI° et XVIII° siècles.

IMG_6647-bis-cadre2


L'église Notre-Dame de la Jonquière conserve de sa construction primitive un portail latéral de style roman. Sa tour-porche datant des XIV° et XV° s. s'achève par un clocher à deux étages. Son style est souvent appelé gothique méridional ou « Tolosano-Albigeois ».

IMG_6648-bis-cadre2

 


 

A Rabastens, l'église Notre-Dame-du-Bourg se présente comme une forteresse. C'est aussi une halte sur le chemin de Compostelle.

 

IMG_6655-rec-cadre2

 


 

Une autre église, l'église Saint-Pierre, dite des Pénitents-Blancs de style néo-gothique est beaucoup plus récente (XIX° s.).

IMG_6653-bis-cadre2

 


 

Située entre Albigeois et Lauragais, sur la rive gauche de l'Agout, Lavaur est l’une des plus vieilles cités du Tarn. Son castrum remonte à l’an 1035, et la fondation de l’église Saint Alain à 1098.

 

Au XII° s., Lavaur devient l’un des bastions du catharisme dans le Midi. Cette conversion lui vaudra de subir deux sièges, dont l’assaut sanglant de 1211 conduit par les troupes de Simon de Montfort. Dame Guiraude, seigneur de Lavaur, est précipitée dans un puits, et 400 hérétiques périssent dans les flammes du plus grand bûcher de la Croisade.

 

C'est en 1254 que la cathédrale Saint Alain est reconstruite sur l'emplacement de l'édifice roman.

Toute de briques rouges, elle impressionne par ses dimensions, sa silhouette massive et son énorme tour clocher.

 

IMG_6669-bis-cadre2



On notera sur la façade sud la
tour romane, et son jacquemart, qui sonne toutes les heures et demi-heures rythmant ainsi la vie des vauréens.

IMG_6662-bis-cadre2


Construite dans le style gothique méridional, la cathédrale possède une nef immense, impression renforcée par une abside plus petite et plus basse rajoutée au XIVème.


IMG_6660-bis-cadre2

IMG_6668-bis-cadre2


Sous le clocher octogonal, un porche et un portail flamboyant endommagé lors des guerres de religion, puis pendant la révolution.

IMG_6665-bis-cadre2


Mais l'élément le plus important est le grand orgue de la cathédrale,(XVI° s.) restauré par Cavaillé-Coll en 1876. Il est installé dans un des plus beaux buffets Renaissance de France, commandé par l'évêque de Beausoleil en 1523.

IMG_6666-rec-cadre2

 


 

L'abbaye bénédictine de Saint-Papoul fut fondée au VIII° siècle. Elle est liée au martyr de St-Papoul qui aurait été un disciple du premier évêque de Toulouse. L'abbaye est un joyau de l'art roman avec un cloître gothique du XIV° s.

 

L'église abbatiale est construite dans la seconde moitié du XII° s., large nef à quatre travées couverte en berceau brisé sur doubleaux s'ouvre sur une abside flanquée de deux absidioles. Le chœur est voûté en berceau.

IMG_6692-bis-cadre2


A remarquer les divers personnages des chapiteaux des absidioles (dont un homme à la jambe de bois).

IMG_6686-bis-cadre2

IMG_6685-bis-cadre2

 

 


 

Le clocher fut édifié plus tardivement.

 

Au XIV° s., lorsque l'abbaye devient siège d'un évêché, on entreprend le cloître. Les quatre galeries forment un polygone irrégulier avec des arcades plein-cintre retombant sur des colonnettes jumelées par des couples de chapiteaux. Les chapiteaux les plus nombreux sont ornés de motifs à feuillage avec aussi de nombreux animaux monstrueux du « gothique fantastique ».

IMG_6675-bis-cadre2

IMG_6676-rec-cadre2

 


 

Au chevet de l'ancienne cathédrale au sommet des demi-colonnes des chapiteaux et médaillons de qualité attribuées au « Maître de Cabestany ». Ce dernier est l’un des plus grands maîtres des années 1180-1200. Il a travaillé en Italie, en Espagne, à Cabestany et au Boulou. Ses chapiteaux sont très originaux avec des personnages trapus, des yeux ovales, globuleux, ponctués de deux coups de trépan aux coins des paupières qui animent les regards. Le nez est tranchant, le menton peu prononcé, les oreilles larges et décollées, les doigts des mains démesurément allongés ; les animaux présentent des caractères similaires, parfois des êtres hybrides, des hommes au masque léonin.

IMG_6689-rec-cadre2


Deux d'entre eux sont historiés, l'un représente "Daniel dans la fosse aux Lions", l'autre "le Châtiment des Babyloniens"

IMG_6672-bis-cadre2

IMG_6673-bis-cadre2

 


 

Le chevet a une toiture en "écaille de poisson".

 

Au XVI° siècle, l’abbaye a été pillée par les huguenots et Saint Papoul connaît alors une longue période de décadence. Après la Révolution et durant tout le XIX°. siècle, les bâtiments sont abandonnés ou dispersés et le cloître saccagé.

 

Saint Papoul restaurée présente encore bien des éléments architecturaux intéressants. La restauration de l'église est en cours.

 

IMG_6679-bis-cadre2

IMG_6680-bis-cadre2


Pour compléter:

 

http://www.payscathare.org/1-6429-Histoire.php#ici

 

http://www.larcenciel-forum.com/spip.php?article789

 

http://www.couleur-lauragais.fr/pages/journaux/2004/cl63/reportage.html

 

 

Plus général:

 

http://www.romanes.com/France_fr.html

 

http://www.artcistercien.com/

 

 

 

 

 

 

 

10:13 Écrit par Papylou-999 dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, lisle-sur-tarn rabastens, lavaur, saint-papoul

Les commentaires sont fermés.