05/04/2010

Cygne tuberculé

Je l'ai surpris faisant sa toilette minutieuse.

 

Spectacle impressionnant quand on le voit se rouler vraiment dans l'eau.

IMG_9156-rec-cadre3

IMG_9155-bis-cadre3

 


 

Le cygne tuberculé (Cygnus olor) est un hôte habituel des étangs bruxellois. Ici, il est photographié aux étangs Mellaerts.

 

Pour le distingué du cygne de Bewick (Cygnus columbianus) et du cygne chanteur (Cygnus cygnus): le bec orange avec tubercule noire à la racine.

 

Le jeune immature a un bec rose grisâtre sans tubercule et des pattes grises.

IMG_9151-rec-cadre3

IMG_9153-rec-cadre3


Revoir:

 

http://papylou.lalibreblogs.be/archive/2010/01/18/cygne-tubercule.html

 

http://papylou.skynetblogs.be/post/7596519/cygne-tubercule

 

 

Pour compléter:

 

http://passiondelanature.skynetblogs.be/post/6763931/le-lac-des-cygnes

 

http://news.google.com/newspapers?nid=1723&dat=19520605&id=qggeAAAAIBAJ&sjid=O0YEAAAAIBAJ&pg=1663,91374

 

 

 

Extrait du Photo Journal ( 5 juin 1952):

 

 

 

«  Mais ce qu'il faut voir c'est le cygne à sa toilette. Ce bel oiseau prend en effet un soin particulier de son plumage d'une blancheur immaculée. Ce qui est le plus frappant dans cette toilette, c'est le rôle que l'oiseau sait faire jouer à son long cou. Celui-ci lui permet, en effet, d'atteindre tout point de son corps, même le plus éloigné et de lisser ses plumes avec soin, sans en oublier une ..... sauf, évidemment, celles de la tête et de la partie supérieure du cou, et encore ....

 

La toilette du cygne commencera le plus souvent par des mouvements du cou qui ressemblent à une sorte de gymnastique callisthénique. Mais il ne faut pas s'y tromper. Ce cou que l'oiseau promène sur son dos et sur ses ailes, d'un mouvement de reptile, c'est évidemment surtout pour lisser ses plumes. Mais évidemment il ne peut lisser ses plumes qu'à l'aide de son bec.

 

Puis, poursuivant sa toilette, l'oiseau promène l'extrémité de son bec sur tout son dos, jusqu'aux plumes de la queue. Il lisse les plumes de ses ailes, nettoie le dessous de celles-ci, ses cuisses. Rien n'échappe à l'oeil vigilant du coquet animal. Il ne terminera cette longue toilette que lorsque toutes les plumes auront retrouvé leur blancheur immaculée.

 

Alors il entrera dans l'eau, où il déploiera toute la grâce dont il est capable, entrouvrant à demi ses ailes pour former une blanche couronne sur son dos. »

 

 

 

 

Commentaires

Très belles photos et merci pour ce joli texte.

Écrit par : MH | 13/04/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.