24/04/2010

Plécoptère (?)

 

IMG_9719-bis-cadre3

IMG_9722-rec-cadre3

IMG_9724-rec-cadre3

IMG_9716-rec1-cadre3

 


 

En bordure d'une mare, mon regard a été attiré par le vol hésitant de cet insecte qui s'est affalé à mes pieds. Ses ailes paraissent nacrées.

 

Trois éléments pour l'identifier:

  • la proximité de l'eau

  • un vol lourd et malhabile

  • des ailes nacrées.

 

Après quelques hésitations, je suis arrivé à l'ordre de Plécoptères (Plecoptera) sans pouvoir poursuivre mon identification.

 

Voici ce que j'ai trouvé:

 

L’ordre des Plécoptères, connu depuis le Permien, regroupe 2 000 espèces d’insectes hémimétaboles ressemblant beaucoup aux Éphéméroptères (et regroupés jadis avec eux) mais

classés actuellement dans le vaste super-ordre des Polynéoptères (= Orthoptéroïdes).

 

Les imagos ont les ailes repliées sur le dos au repos (d’où le nom scientifique du groupe).

 

Leur tête globuleuse leur a valu leur nom français de Perles. Deux longues antennes multiarticulées,

3 ocelles, des pièces buccales très réduites, un corps allongé assez mou et une

paire de cerques caractérisent les imagos.

 

Leur taille va de 3,5 à 30 mm.

 

Les Perles volent mal , ne s’éloignent pas de l’eau, se sauvent plutôt en courant et sont vus souvent posés sur une pierre – d’où leur autre nom de “mouche de pierre” (Steinfliege en allemand, Stonefly en anglais).

 

L’accouplement, au sol, est précédé par une séance de tambourinage offerte par le mâle qui frappe son abdomen sur le support. La femelle pond dans l’eau, l’abdomen immergé, en plongée ou en vol.

 

La larve, aquatique, est très semblable à l’adulte, aux ailes près. Ses pièces buccales broyeuses

sont bien fonctionnelles ; le régime alimentaire est carnassier ou végétarien (algues, feuilles

tombées). Elle respire l’oxygène dissout dans l’eau au travers de son tégument ; certaines

espèces possèdent des branchies prosternales (sous le cou), coxales (au niveau de l’insertion

des pattes sur le thorax) ou anales (à l’extrémité de l’abdomen). La larve vit au fond de l’eau,

sous des débris ou une pierre. Son développement achevé, elle grimpe hors de l’eau pour

muer en imago, parcourant parfois plusieurs mètres.

 

Les Plécoptères sont considérés comme de bons indicateurs de la qualité des eaux, car ils sont sensibles aux polluants entraînant une consommation de l'oxygène dissous.

 

 

Pour compléter:

 

 

http://aramel.free.fr/INSECTES8bis.shtml

 

http://moineaudeparis.com/insectes/plecopteres/perla-marginata/index.html

 

http://francoisbourgeot.com/site/INVERTEBRES_AQUATIQUES/___Invert_Plecoptera%28fr%29.html

 

http://www.pecheaveyron.com/techniques_peche/insectes/eaux_courantes/insectes_eaux_courantes.php

 

http://www.inra.fr/opie-insectes/pdf/i141le-doare.pdf

 

http://www.galerie-insecte.org/galerie/INSECTA__Plecoptera__Inconnu.html

 

 

 

08:26 Écrit par Papylou-999 dans Nature | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : insectes, mare, plecoptere, plecoptera

Commentaires

Je pense qu'il s'agit de Sialis lutaria de l'ordre des Megalopteres. En effet, contrairement à un Plecoptere, l'insecte sur les photos n'a pas de cerques à l'extremité de l'abdomen et a des ailes membraneuses disposée en toit et non repliées sur le dos.

Écrit par : Julie | 29/06/2011

Répondre à ce commentaire

Merci pour l'info

Écrit par : Papylou | 30/06/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.