09/07/2010

Auvergne - 3

Vendredi 18 juin

 

Le temps ne s'améliore pas.

 

Nous jouons avec les éclaircies pour visiter le nord du Bourbonnais: Souvigny, St-Menoux et Moulins.

 

Une dizaine d’années après la fondation de l’abbaye de Cluny, Souvigny devient l’une des premières dépendances de l’abbaye bourguignonne et ce lien s’accentue avec Saint Mayeul et Odilon, 4ème et 5ème abbés de Cluny, qui meurent et sont enterrés à Souvigny.


Souvigny ne cessera d’accroître son influence sur le Bourbonnais. Son église prieurale deviendra un centre de pèlerinage fréquenté au Moyen Age, et la capitale spirituelle des Bourbons.

IMG_1292-bis-cadre3

IMG_1275-bis-cadre3

IMG_1286-bis-cadre3


L'église de Souvigny est le St-Denis des ducs de Bourbon. Elle abrite, dans les chapelles vieille et neuve, les sépultures des Ducs Louis II, Jean 1er, François de Bourbon-Montpensier, Charles 1er, Jean II, Pierre II, son épouse Anne de France, leur fille Suzanne, son mari le Connétable de Bourbon et plus récemment (1934), Sixte de Bourbon, duc de Parme.

IMG_1276-bis-cadre3

IMG_1281-bis-cadre3

IMG_1278-bis-cadre3


C'est une étape sur le chemin auvergnat, reliant la via Podiensis à la via Lemovicensis, emprunté par les pèlerins de Saint-Jacques.

IMG_1290-bis-cadre3


Le village de St-Menoux abrite l'un des plus beaux sanctuaire du Bourbonnais. C'est l'ancienne abbatiale d'un couvent de Bénédictines fondé au Xème siècle.

 

Chef d'oeuvre de l'art roman, l'église-abbatiale assemble les décors antique de l'influence clunisienne et bourguignonne et le style auvergnat par l'étagement parfait des toitures du chevet qui rappelle les églises romanes majeures auvergnates comme Notre-Dame-du-Port à Clermont ou encore Saint-Nectaire.

IMG_1294-bis-cadre3

IMG_1293-bis-cadre3

IMG_1302-rec-cadre3


 

Ses chapiteaux présentent des sculptures très élégantes: entrelacs, vanneries, feuillages, palmettes, têtes d'anges, griffons buvant à un même calice.

IMG_1299-bis-cadre3

IMG_1300-rec-cadre3

 


 

Elle est connue pour le tombeau qu'elle renferme « La Débredinoire », qui aurait selon la légende le pouvoir de guérir les simples d'esprits, les « bredins » en langage bourbonnais, lorsqu'ils passent la tête dans l'ouverture du sarcophage..

 

A la mort en terre bourbonnaise de l'évêque irlandais Menulphe, vers le VIIe siècle, son fidèle serviteur, Blaise, simple d'esprit (bredin en parler local), entreprit de percer un trou dans le flanc du sarcophage du saint homme, afin d'y passer la tête pour honorer une fois de plus le vénéré prélat. La légende dit que Blaise en serait ressorti "débrediné" grâce à un ultime miracle du défunt... Depuis, le village de Saint-Menoux est devenu lieu de pèlerinage, et il est de bon ton de passer la tête dans la débredinoire afin d'y abandonner sa folie. Mais attention, ne pas toucher la pierre du sarcophage avec sa tête, sinon l'on hérite de la bredinerie des autres !

IMG_1297-rec-cadre3

 


 

Moulins demeure la tranquille capitale du Bourbonnais.

 

La cathédrale Notre-Dame abrite le très célèbre triptyque du maître de Moulins réalisé pour le compte de Pierre II et Anne de Beaujeu.

IMG_1310-bis-cadre3

IMG_1309-bis-cadre3

 


 

Le triptyque présente sur le panneau central, la Vierge tenant l'Enfant sur ses genoux et entourée d'anges qui la couronnent. Assise sur un trône inscrit dans un halo d'or formant gloire et entouré par un arc-en-ciel, l'Immaculée Conception surmonte un phylactère qui porte l'inscription de l'Apocalypse : « Un grand signe parut dans le ciel : une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds et une couronne de douze étoiles sur la tête ».

 

Les commanditaires de l'oeuvre, Pierre II de Bourbon et son épouse Anne de France, en costume ducal, sont figurés agenouillés sur la face interne des volets. Accompagnés de leur fille Suzanne, ils sont présentés par saint Pierre, en habit pontifical, et par sainte Anne. Suzanne paraît avoir sept ou huit ans, ce qui a permis de situer la création du triptyque vers 1498-1499

image-jpg


Autre curiosité: le Jacquemart, beffroi surmonté d'une charpente couverte et d'un campanile abritant les cloches et les automates qui rythment la vie de la cité. Le père Jacquemart, en uniforme de grenadier et sa femme Jacquette sonnent les heures tandis que les enfants Jacquelin et Jacqueline égrènent les demies et les quarts.

IMG_1313-rec-cadre3


Le Grand Café, café-brasserie sur la place d'Allier, est l'un des plus beaux de France. Inscrit à l'Inventaire des Monuments Historiques, il a conservé sa décoration de 1899. De style Art nouveau, sa devanture de boiseries, ses murs entièrement habillés de miroirs dont les reflets combinés déploient l'espace à l'infini, sa pendule et son baromètre sont formidablement conservés.

IMG_1315-bis-cadre3

IMG_1318-bis-cadre3


Pour compléter:

 

http://www.moulins-tourisme.com/fr/decouvrir/souvigny/souvigny.htm

 

http://www.art-roman.net/souvigny/souvigny.htm

 

http://www.narthex.fr/blogs/abbaye-de-cluny-910-2010/le-prieure-de-souvigny

 

http://www.sitesclunisiens.org/article.php?sid=199

 

http://www.art-roman.net/stmenoux/stmenoux.htm

 

http://www3.ac-clermont.fr/pedago/arts/ressources/a_visiter/maitre_de_moulins.htm

 

http://triptyquemoulins.free.fr/

 

http://www.cyber-centre-culturel.fr/index.php?module=cms&desc=default&action=get&id=3720&selectedMenu=2731

 

 

 

Les commentaires sont fermés.