14/07/2010

Auvergne - 5

 

Dimanche 20 juin

 

Nous partons à la découverte des églises romanes: St-Nectaire, Issoire et St-Saturnin. Au passage nous visitons aussi Nonette et Usson où nous retrouvons les traces de la Reine Margot .

 

Autour de l'église de Notre-Dame-du-Port, à Clermont-Ferrand, un groupe d'édifices s'est constitué en basse Auvergne ; ces édifices possèdent des caractères communs qui les différencient des autres églises romanes. Tout en respectant pour chaque édifice les conditions du terrain et du matériau, les architectes du milieu du XIIème siècle ont répété le modèle de Notre-Dame-du-Port sans apporter à celui-ci de modifications importantes.

 

IMG_1371-rec-cadre3.jpg

 

L'église de Saint-Nectaire fait partie de ce groupe. Admirablement située sur un haut socle rocheux, au cœur d'un des plus beaux paysages de l'Auvergne, elle fait face aux monts Dore. C'est sur la tombe de saint Nectaire que fut construit cet édifice, vraisemblablement à l'instigation des moines de la Chaise-Dieu, dont dépendait le prieuré. L'homogénéité de l'édifice permet de supposer que les travaux furent menés assez rapidement.

 

IMG_1387-rec-cadre3.jpg
IMG_1388-rec-cadre3.jpg

 

L'intérêt capital de l'église réside dans le merveilleux ensemble de chapiteaux historiés qui décorent la colonnade du choeur. On remarque la disproportion entre le volume des têtes et celui des corps, réminiscence de l'art gallo-romain, et la vie intense que les sculpteurs romans ont su donner aux visages et aux gestes de leurs personnages.

 

IMG_1383-rec-cadre3.jpg

 

Plus de cent personnages sont représentés dans le rond-point du choeur.

 

IMG_1374-rec-cadre3.jpg
IMG_1375-bis-cadre3.jpg
IMG_1380-bis-cadre3.jpg

 

Ces chapiteaux sont là pour symboliser l'Écriture, interpeler, enseigner. Ce sont des « livres ouverts » qu’il faut, souvent, se faire expliquer, mais qui parlaient aux contemporains des bâtisseurs.

 

L'abbatiale St-Austremoine d'Issoire faisait partie d'une abbaye aujourd'hui disparue.

 

IMG_1390-rec-cadre3.jpg

 

A l’extérieur, il faut apprécier le chevet majestueux, le massif barlong austère mais aussi l’abondance du décor fait de mosaïques, de triangles de rosaces polychromes alternant pierres volcaniques et marbre blanc et qui envahit le massif barlong, les absidioles et l’avancée du choeur.

 

IMG_1391-bis-cadre3.jpg

 

La présence des douze signes du zodiaque peut surprendre, le plus souvent signalé comme symbole de la marche des saisons reconnue comme œuvre divine.

 

IMG_1403-bis-cadre3.jpg

 

Son chevet demeure l'exemple parfait de l'art roman auvergnat.

 

IMG_1394-bis-cadre3.jpg

 

Lors des restaurations du XIXème siècle, on en rendu à l’église sa polychromie intérieure. Elle peut choquer. Mais au moins, rappelle-t-elle que toutes les églises étaient peintes au Moyen-Âge et que l’habitude actuelle de mettre à nu les murs ne correspond nullement à la réalité première. Néanmoins, il faut bien reconnaître qu'il est assez difficile de s'habituer à ces couleurs quelque peu criardes.

 

IMG_1414-bis-cadre3.jpg

 

IMG_1396-rec-cadre3.jpg
IMG_1397-bis-cadre3.jpg
IMG_1398-bis-cadre3.jpg

 

Les quatre chapiteaux historiés du choeur retracent le cycle liturgique de Pâques, du Jeudi Saint au Dimanche de la Résurrection. Ils sont probablement le fruit de sculpteurs expérimentés venus du Languedoc.

 

 

 

 

IMG_1399-bis-cadre3.jpg
IMG_1415-rec-cadre3.jpg

 

 

Celui du Nord - le plus remarquable du programme - est entièrement dédié à la représentation de la Cène. La table forme une ceinture autour de la corbeille.

 

 

Construite au XIIème siècle, l'église de St-Saturnin est la plus petite et la plus sobre des cinq églises majeures d'Auvergne. Elle s'en distingue par l'absence de chapelles rayonnantes autour du chevet.

 

IMG_1438-bis-cadre3.jpg
IMG_1439-rec-cadre3.jpg

 

La forme pyramidale de l'ensemble mène le regard vers le ciel par intermédiaire du massif barlong et du clocher octogonal, qui n'a souffert ni des ans; ni de la révolution. Sa forme à huit côtés et ses deux étages de baies jumelées sous une flèche qui élance l'ensemble sont d'une sobriété exemplaire et d'une simplicité particulièrement élégante.

 

C'est sur le chevet, le massif barlong, les transepts et les murs latéraux que se concentrent les décors: arcatures, frises en damiers et grandes rosaces. Elle utilisent l'alternance de deux pierres très répandues dans la région que sont la lave noire de Volvic et l'arkose blonde de Montpeyroux.

 

IMG_1445-bis-cadre3.jpg
IMG_1454-bis-cadre3.jpg

 

L'intérieur très clair est remarquable par l'harmonie des proportions. La sculpture des chapiteaux est simple et modeste. Elle n'attire pas fort l'attention mais, peut-être, l'éblouissement de l'extérieur de l'église y est-il pour quelque chose? Elle annonce déjà le style gothique qi s'imposera bientôt.

 

IMG_1446-bis-cadre3.jpg

 

Dans le chœur, un maître-autel, provenant de la chapelle du château, est marqué aux chiffres d'Henri IV et de Marguerite de France dite la Reine Margot. Le choeur est surélevé de trois marches ajourées, permettant aux fidèles d'apercevoir les lumières provenant de la crypte.

 

Le mobilier se compose de belles statues de bois doré et d’un St Verny (patron des vignerons) à proximité de la porte d’entrée

 

 

IMG_1451-bis-cadre3.jpg
IMG_1453-bis-cadre3.jpg

 

La décoration de l’art roman

La décoration des églises romanes est simple. A l'intérieur de l'édifice, sur les murs, les piliers et sous les voûtes, partout les églises romanes sont recouvertes de peinture. Toutes les couleurs de ces peintures sont faites avec des produits naturels, ce qui explique la fragilité et la rareté des œuvres ayant résisté au temps. Par exemple, dans la chapelle de Berze-le-Ville se trouve une représentation utilisant un bleu sombre comme le lapis-lazuli (une pierre). Les couleurs dominantes sont l'ocre jaune ou rouge, le vert, le blanc et le noir. Elles sont utilisées pour renforcer les lignes de l'architecture, de la sculpture et pour couvrir les murs de scènes historiques. Sur les colonnes se trouvent du faux marbre qui est imité par de la peinture.

 

La suite demain: Nonette et Usson

 

 

Pour compléter:

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Art_roman

 

http://www.romanes.com/Saint_Nectaire/

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Issoire

 

http://www.romanes.com/Issoire/

 

http://pagesperso-orange.fr/marc.champommier/issoire0.html

 

 

http://saint.saturnin.free.fr/prome/decouverte.htm

 

Arkose:

 

http://www.secretsdepierres.be/index.php?option=com_content&view=article&id=90&Itemid=93

 

 

 

 

10:17 Écrit par Papylou-999 dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vacances, auvergne, st-nectaire, st-saturnin, issoire, art roman

Les commentaires sont fermés.