11/10/2010

Kinderdijk: les moulins

 

Nous profitons d'un dimanche ensoleillé pour faire une incursion dans la Hollande toute proche.

 

Notre but: les moulins de Kinderdijk

 

IMG_4177-bis-cadre3.jpg

IMG_4175-bis-cadre3.jpg

IMG_4208-bis-cadre3.jpg

 

La région de l'Alblasserwaard s'étend sur 25 000 ha à l'est de Rotterdam. Elle fut habitée dès le 11ème siècle et se composait, à cette époque uniquement de marécages.


Afin de transformer les marais en terres cultivables, les habitants entreprirent de creuser des canaux et de retirer de la tourbe qu'ils utilisaient comme combustible.


Petit à petit les terres s'assèchent et l'eau ruisselle à travers les tourbières pour rejoindre les rivières qui, elles mêmes se jettent dans la mer.

Ces travaux ne sont cependant pas sans conséquence. Les terres s'affaissent et le niveau des rivières monte. Il faut alors construire des digues et des écluses pour éviter des inondations catastrophiques.
Ces premières digues datent du 12ème siècle.


L'administration des eaux et polders est chargée de leur entretien.

Malheureusement ce dispositif se révèle insuffisant d'autant que les habitants continuent à extraire la tourbe qui assure à la fois leur moyen de chauffage et quelques rentrées d'argent.

Au 14ème siècle, on construit des bassins et les premiers moulins de drainage font leur apparition.

En 1726 une grave inondation dévaste la région et démontre une nouvelle fois le manque d'efficacité des moyens mis en place.

C'est pourquoi entre 1738 et 1740, des moulins en brique sont construits en masse ce qui permit de gagner un mètre d'eau sur la totalité de la superficie des bassins.

En 1868, des stations de pompage à vapeur sont installés et, de nos jours, ce sont des stations ultra-modernes utilisant le principe de vis d'Archimède qui ont pris le relais des moulins.



Les moulins de Kinderdijk ont été classés au Patrimoine mondial de l'UNESCO en 1997. Ils témoignent de la ténacité et du courage de tout un peuple.

 

Le site de Kinderdijk est unique au monde, on ne trouve nulle part ailleurs autant de moulins aussi bien conservés et en aussi grand nombre. En tout, dix-neuf moulins à vent s'y dressent à proximité les uns des autres :

 

  • 8 moulins sur le Nederwaard

  • 8 moulins sur I'Overwaard

  • 2 moulins sur le polder de Nieuw-Lekkerland, dont un moulin à pivot

  • 1 moulin sur le Blokweer

 

Les moulins du Nederwaard sont des moulins en brique à calotte tournante avec roue à aubes couverte. Ils ont été construits en 1738.

 

IMG_4186-bis-cadre3.jpg

IMG_4193-bis-cadre3.jpg

IMG_4180-bis-cadre3.jpg

 

 

 

Ceux d'Overwaard et du polder de Nieuw-Lekkerland sont des moulins octogonaux avec roue à aubes couverte et calotte en chaume, qui ont été construits en 1740.

 

 

IMG_4195-bis-cadre3.jpg

IMG_4201-rec-cadre3.jpg

IMG_4203-bis-cadre3.jpg

IMG_4174-bis-cadre3.jpg

 

 

 

Seul le dernier moulin du polder de Nieuw-Lekkerland, un moulin à eau du type 'Wipmolen' ou moulin à pivot, date de 1761.

 

IMG_4207-rec-cadre3.jpg

 

IMG_4199-bis-cadre3.jpg

 

 

 

Pour compléter:

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Kinderdijk

 

http://www.kinderdijk.org/home.shtml

 

http://whc.unesco.org/fr/list/818

 

http://www.holland.com/fr/culture/moulins/histoire.jsp

 

 

IMG_4166-bis-cadre3.jpg

 

 

Et encore

 

Il subsiste quelque 1000 moulins à vent, dispersés à travers les douze provinces. Toutefois, la plus grande concentration de moulins se trouve en Hollande Septentrionale et Méridionale. Deux types de moulins caractérisent la campagne hollandaise : le moulin à eau et le moulin à vent.

 

Moulin à eau

 

Le moulin à eau se retrouve surtout dans les régions de l’est et du sud du pays : Twente, l’est de la Veluwe, Achterhoek, l’est du Brabant et le Limbourg, le courant des cours d’eau y étant suffisamment fort pour alimenter la roue du moulin. Le moulin à eau servait surtout à moudre le grain, mais il était utilisé aussi pour la production du papier et de l’huile et pour scier le bois de construction. A ce jour il reste quelque 70 moulins de ce type en Hollande.

 

Moulin à vent

 

Les moulins à vent sont départagés en deux catégories : le moulin industriel et le moulin de drainage. 
Les moulins industriels dérivaient leur nom de la fonction qu’ils avaient, moulin de scierie, etc. Les progrès de la technique les ont fait disparaître mais il en subsiste quelques-uns. Comme leur nom l’indique, les moulins de drainage drainent les terres situées derrière les digues et créent ainsi les ‘polders’ (terrain gagné sur la mer). Ces moulins sont toujours en fonction dans quelques polders plus anciens. Le vent fait tourner les ailes du moulin et celles-ci à leur tour actionnent la meule. Il subsiste quelque 1000 moulins à vent, dispersés à travers les douze provinces. Toutefois, le plus grande concentration de moulins se trouve en Hollande septentrionale. 

 

Les moulins ont un langage 

 

Les moulins ont un langage qui se lit en examinant la position des ailes. On compte quatre positions : la célébration, le deuil, le bref repos et le repos plus long. L'inclinaison diffère à chaque position. Ainsi les villageois sont tenus au courant des heurs et des meurs de la vie du meunier. Certaines positions de repos furent aussi utilisées durant la Seconde Guerre Mondiale pour transmettre des messages à des personnes de confiance. Les messages étaient relayés au moyen de signaux pré-établis et utilisés pour avertir des raids imminents. 

 

Kinderdijk.jpg


 

17:49 Écrit par Papylou-999 dans Nature, Photographie, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kinderdijk, pays-bas, moulins

Les commentaires sont fermés.