17/10/2010

Eristale et verge d'or du Canada

 

Dans un coin du jardin, quelques plants de la verge d'or du Canada (Solidago canadiensis) attirent les insectes butineurs.

IMG_3038-rec-rot-cadre3.jpg

Cette plante pousse aussi bien en sol riche ou stérile qu'en sol sec ou humide, dans les lieux boisés ou dans les prés. On la trouve aussi bien sur les dunes maritimes qu'en altitude élevée en montagne.



Les tiges sont en général simples et portent des feuilles lobées ou nettement dentées. Son inflorescence forme un grand panache de plusieurs centaines de capitules, dont chacun est une petite « marguerite »; un bouton central de petites florules tubuleuses entourées de rayons de florules liguleuses (en forme de languettes). Les fleurs sont jaunes et s'épanouissent du milieu de l'été jusqu'à la fin de l'automne. Le calice, fermement relié au pistil composé de florules individuelles, est couronné de poils fins qui forment un parachute au sommet du fruit mûr, sec et petit, et en facilitent la dispersion par le vent.



Son magnifique plumeau jaune est particulièrement apprécié à la fin de l'été, notamment par les abeilles que l'on voit souvent bourdonner dans les parages.



On utilisait autrefois cette fleur pour teindre la laine.

 

Il existe de nombreuses espèces de verge d’or, plus de cent. Ces diverses espèces prospèrent dans les habitats les plus variés, ce qui caractérise le paysage de la vallée du Saint-Laurent, mais aussi de l’ensemble de l’Amérique du Nord. Il faut dire que cette plante se dissémine aisément grâce à ses prolifiques fruits duveteux (entre 15 000 et 20 000 par plant). Une fois en place, c’est plutôt par ses rhizomes que la verge d’or gagne en surface.


Les verges d’or se retrouvent par ailleurs très nombreuses en Europe. Elles y sont même parfois considérées nuisibles, à l’instar d’ici. Il est fréquent que l’on prenne des mesures pour s’en débarrasser.


Les diverses espèces de verge d’or sont bien connues des peuples Autochtones. Les usages thérapeutiques sont nombreux, la verge d’or étant notamment utilisée comme stimulant hépatique, fébrifuge et antidiarrhéique. Chez les Meskwakie, on en donne aussi aux enfants qui tardent à parler ou ne rient jamais.



Quant à l'insecte, il s'agit d'une éristale. Obstinée ou gluante? Je ne sais pas. A vous de juger!

 

IMG_3044-bis-cadre3.jpg

Pour avoir le temps de la photographier, il suffit d'attendre qu'elle fasse sa toilette. Cela dure quelques minutes, le temps de débarbouiller la tête, l'abdomen et de lisser les ailes.


IMG_3049-rec-jp-cadre3.jpg

éristale 2010 verge d'or-cadre3.jpg

éristale 2010 verge d'or1-cadre3.jpg

Déjà beaucoup de photos d'éristales sur ce blog! A vous de chercher.





Pour compléter:



http://www.baladesentomologiques.com/pages/ERISTALES_de_l...



http://365photo.over-blog.com/categorie-11380793.html



http://aramel.free.fr/INSECTES15terterter.shtml







16/10/2010

Tachinaire des chenilles (Tachina fera)

 

Elle n'est vraiment pas jolie avec son corps hérissé de soies.

 

IMG_3019-rec-cadre3.jpg

IMG_3020-bis-cadre3.jpg

 

Je l'ai déjà rencontrée dans le jardin. C'est la tachinaire des chenilles ou mouche des chenilles (Tachina fera).

 

Les tachinaires forment une famille importante de diptères. Les larves de ces mouches sont endoparasites de divers insectes : chenilles de lépidoptères, punaises, hannetons, sauterelles, etc. À ce titre, ces mouches se révèlent de précieux auxiliaires pour l'agriculture.

Le plus souvent, ces mouches pondent directement un seul œuf sur l'insecte parasité. La larve, aussitôt qu'elle éclot, pénètre dans son hôte et le dévorera. Quelquefois, ces mouches déposent des œufs sur des plantes où les larves vont guetter un hôte sur lequel elles se fixeront. Faute de rencontre favorable, la larve mourra en quelques jours.

 

IMG_3021-rec-cadre3.jpg

 

IMG_3024-rec-cadre3.jpg

IMG_3023-rec-cadre3.jpg

 



 

Revoir:



http://papylou.blogs.lalibre.be/archive/2009/11/03/tachin...



http://papylou.skynetblogs.be/archive/2009/11/03/tachinai...



Pour compléter:

 

http://www.ecosociosystemes.fr/tachinaire.html

 

http://champignon.champyves.free.fr/FicsHtml/I_Tachinaire...

 

http://lejardindenanny.skynetblogs.be/archive/2010/09/04/...

 

http://macrophotoplaisirpassion.blogspot.com/2010/09/la-m...

 

 

IMG_3018-bis-cadre3.jpg

 

 

 

15/10/2010

Volucelle transparente

 

En cette fin du mois d'août, les fleurs de la symphorine attirent encore de nombreux insectes.

IMG_2988-bis-cadre3.jpg

Cette fois, c'est une volucelle transparente (Volucella pellucens) observée une première fois en 2008.

 

Ce syrphe est très facilement reconnaissable à la partie antérieure de son abdomen, blanc et translucide.

IMG_2989-rec-cadre3.jpg

Sa tête vue de face est triangulaire (conique), abritant une longue langue lui permettant de se nourrir du nectar de nombreuses fleurs.

IMG_2994-rec-cadre3.jpg

IMG_2997-rec-cadre3.jpg

IMG_2999-rec-cadre3.jpg

Volucelle transparente 2010-cadre3.jpg

 

Revoir:

 

http://papylou.skynetblogs.be/archive/2008/11/06/symphori...

 

http://papylou.blogs.lalibre.be/archive/2008/11/06/sympho...

 

 

 

Pour compléter:

 

http://insectes.lecolebuissonniere.eu/page108.html

 

http://www.naturalist.fr/Pags-arthr/Diptera/Syrphidae.htm

 

http://aramel.free.fr/INSECTES15terterter%27-01.shtml

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Volucella_pellucens

 

10:16 Écrit par Papylou-999 dans Insectes, Nature, Photographie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : jardin, automne, volucelle, symphorine

14/10/2010

Aster et butineurs (2)

 

Bonjour,

D'autres visiteurs sur notre aster de la Nouvelle-Belgique: : abeille, syrphe et éristale.

Bonne journée

 

Aster 2010-2-cadre3.jpg

 

 

Aster 2010-21-cadre3.jpg

IMG_4095-rec-cadre3.jpg

IMG_4102-bis-cadre3.jpg

IMG_4101-rec-cadre3.jpg

 

 

 

13/10/2010

Aster et butineurs

 

Mi-octobre, il fleurit abondamment au fond de notre jardin. Il est même envahissant.

 

C'est l'aster de la Nouvelle-Belgique (Aster novi-belgii L.).


IMG_4062-bis-cadre3.jpg

IMG_4064-rec-cadre3.jpg

C'est une espèce cultivée, à floraison automnale, qui est fréquemment subspontanée dans les décombres ou sur les rives des cours d'eau. Elle est d'origine nord-américaine, introduite en 1710.

 

La plante est plus ou moins glabre. Les feuilles sont légèrement embrassantes. Les ligules étroites sont lilas pâle, parfois blanches. Les bractées sont légèrement écartées de l'involucre.

 

Largement répandu dans toute l'Europe, les asters nord américains sont classés comme plante invasive dans plusieurs pays européens comme la France, la Suisse, l'Autriche, la Hongrie. Ils peuvent envahir des sites de grand intérêt écologique comme les zones humides. Etant donné leur forte aptitude à la multiplication végétative, ils peuvent former des populations denses et monospécifiques qui empêchent le développement de la flore indigène. La biologie et la stratégie d'invasion des asters nord américains sont très similaires à celles des solidages exotiques envahissants (Solidago canadensis and S. gigantea).

 

 

Les fleurs attirent de nombreux butineurs.

 

Cette éristale non identifiée

 

 

 

IMG_4059-rec-cadre3.jpg

 

 

Ou encore le joli syrphe à ceinture (Episyrphus balteatus).

 

IMG_4085-rec1-cadre3.jpg

 

 

aster 2010-1-cadre3.jpg

aster 2010-11-cadre3.jpg

Pour compléter:

 

http://www.alterias.be/fr/liste-des-plantes-invasives-et-...

 

10:46 Écrit par Papylou-999 dans Nature, Photographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jardin, automne, aster, syrphe, éristale

12/10/2010

Tégénaire

 

Elles sont de retour à l'intérieur de nos maisons.

 

Avec leur longues pattes elles sont plutôt impressionnantes.

 

Pour avoir une idée de sa taille: la planche de la table fait 60 mm de large.

 

L'identification est une affaire de spécialiste!

 

Cela pourrait être une grande tégénaire (Tegenaria atrica). Cela devrait être confirmé.

 

IMG_4217-rec-cadre3.jpg

IMG_4216-rec-cadre3.jpg

IMG_4213-bis-cadre3.jpg

IMG_4216-bis-cadre3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

D'autres photos de tégénaires ont déjà été présentées sur ce blog.

11/10/2010

Kinderdijk: les moulins

 

Nous profitons d'un dimanche ensoleillé pour faire une incursion dans la Hollande toute proche.

 

Notre but: les moulins de Kinderdijk

 

IMG_4177-bis-cadre3.jpg

IMG_4175-bis-cadre3.jpg

IMG_4208-bis-cadre3.jpg

 

La région de l'Alblasserwaard s'étend sur 25 000 ha à l'est de Rotterdam. Elle fut habitée dès le 11ème siècle et se composait, à cette époque uniquement de marécages.


Afin de transformer les marais en terres cultivables, les habitants entreprirent de creuser des canaux et de retirer de la tourbe qu'ils utilisaient comme combustible.


Petit à petit les terres s'assèchent et l'eau ruisselle à travers les tourbières pour rejoindre les rivières qui, elles mêmes se jettent dans la mer.

Ces travaux ne sont cependant pas sans conséquence. Les terres s'affaissent et le niveau des rivières monte. Il faut alors construire des digues et des écluses pour éviter des inondations catastrophiques.
Ces premières digues datent du 12ème siècle.


L'administration des eaux et polders est chargée de leur entretien.

Malheureusement ce dispositif se révèle insuffisant d'autant que les habitants continuent à extraire la tourbe qui assure à la fois leur moyen de chauffage et quelques rentrées d'argent.

Au 14ème siècle, on construit des bassins et les premiers moulins de drainage font leur apparition.

En 1726 une grave inondation dévaste la région et démontre une nouvelle fois le manque d'efficacité des moyens mis en place.

C'est pourquoi entre 1738 et 1740, des moulins en brique sont construits en masse ce qui permit de gagner un mètre d'eau sur la totalité de la superficie des bassins.

En 1868, des stations de pompage à vapeur sont installés et, de nos jours, ce sont des stations ultra-modernes utilisant le principe de vis d'Archimède qui ont pris le relais des moulins.



Les moulins de Kinderdijk ont été classés au Patrimoine mondial de l'UNESCO en 1997. Ils témoignent de la ténacité et du courage de tout un peuple.

 

Le site de Kinderdijk est unique au monde, on ne trouve nulle part ailleurs autant de moulins aussi bien conservés et en aussi grand nombre. En tout, dix-neuf moulins à vent s'y dressent à proximité les uns des autres :

 

  • 8 moulins sur le Nederwaard

  • 8 moulins sur I'Overwaard

  • 2 moulins sur le polder de Nieuw-Lekkerland, dont un moulin à pivot

  • 1 moulin sur le Blokweer

 

Les moulins du Nederwaard sont des moulins en brique à calotte tournante avec roue à aubes couverte. Ils ont été construits en 1738.

 

IMG_4186-bis-cadre3.jpg

IMG_4193-bis-cadre3.jpg

IMG_4180-bis-cadre3.jpg

 

 

 

Ceux d'Overwaard et du polder de Nieuw-Lekkerland sont des moulins octogonaux avec roue à aubes couverte et calotte en chaume, qui ont été construits en 1740.

 

 

IMG_4195-bis-cadre3.jpg

IMG_4201-rec-cadre3.jpg

IMG_4203-bis-cadre3.jpg

IMG_4174-bis-cadre3.jpg

 

 

 

Seul le dernier moulin du polder de Nieuw-Lekkerland, un moulin à eau du type 'Wipmolen' ou moulin à pivot, date de 1761.

 

IMG_4207-rec-cadre3.jpg

 

IMG_4199-bis-cadre3.jpg

 

 

 

Pour compléter:

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Kinderdijk

 

http://www.kinderdijk.org/home.shtml

 

http://whc.unesco.org/fr/list/818

 

http://www.holland.com/fr/culture/moulins/histoire.jsp

 

 

IMG_4166-bis-cadre3.jpg

 

 

Et encore

 

Il subsiste quelque 1000 moulins à vent, dispersés à travers les douze provinces. Toutefois, la plus grande concentration de moulins se trouve en Hollande Septentrionale et Méridionale. Deux types de moulins caractérisent la campagne hollandaise : le moulin à eau et le moulin à vent.

 

Moulin à eau

 

Le moulin à eau se retrouve surtout dans les régions de l’est et du sud du pays : Twente, l’est de la Veluwe, Achterhoek, l’est du Brabant et le Limbourg, le courant des cours d’eau y étant suffisamment fort pour alimenter la roue du moulin. Le moulin à eau servait surtout à moudre le grain, mais il était utilisé aussi pour la production du papier et de l’huile et pour scier le bois de construction. A ce jour il reste quelque 70 moulins de ce type en Hollande.

 

Moulin à vent

 

Les moulins à vent sont départagés en deux catégories : le moulin industriel et le moulin de drainage. 
Les moulins industriels dérivaient leur nom de la fonction qu’ils avaient, moulin de scierie, etc. Les progrès de la technique les ont fait disparaître mais il en subsiste quelques-uns. Comme leur nom l’indique, les moulins de drainage drainent les terres situées derrière les digues et créent ainsi les ‘polders’ (terrain gagné sur la mer). Ces moulins sont toujours en fonction dans quelques polders plus anciens. Le vent fait tourner les ailes du moulin et celles-ci à leur tour actionnent la meule. Il subsiste quelque 1000 moulins à vent, dispersés à travers les douze provinces. Toutefois, le plus grande concentration de moulins se trouve en Hollande septentrionale. 

 

Les moulins ont un langage 

 

Les moulins ont un langage qui se lit en examinant la position des ailes. On compte quatre positions : la célébration, le deuil, le bref repos et le repos plus long. L'inclinaison diffère à chaque position. Ainsi les villageois sont tenus au courant des heurs et des meurs de la vie du meunier. Certaines positions de repos furent aussi utilisées durant la Seconde Guerre Mondiale pour transmettre des messages à des personnes de confiance. Les messages étaient relayés au moyen de signaux pré-établis et utilisés pour avertir des raids imminents. 

 

Kinderdijk.jpg


 

17:49 Écrit par Papylou-999 dans Nature, Photographie, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kinderdijk, pays-bas, moulins