18/09/2010

Syrphe à ceinture

 

La symphorine qui pousse au fond du jardin est un vrai paradis pour les insectes butineurs.


IMG_2745-1-cadre3.jpg

 

Cette fois, c'est un joli petit syrphe en pyjama, traduction littérale de sa dénomination en Néerlandais: Pyjamazweefvlieg.

 

C'est le syrphe à ceinture ou syrphe ceinturé. (Episyrphus balteatus) qui est très commun de mai à octobre.

 

Ses larves apprécient les pucerons. Il est donc très utile au jardin!

 

Cette année, ils sont moins nombreux.


IMG_2743-1-cadre3.jpg

IMG_2744-1-cadre3.jpg

 

Revoir:

 

Syrphe à ceinture 21.07.2008

Syrphe à ceinture - 2 24.07.2009

Syrphe à ceinture - 3 25.07.2009

Syrphe à ceinture - 4 26.07.2009

Syrphe à ceinture - 5 04.08.2009

Syrphe à ceinture 07.09.2009

Syrphe à ceinture 06.11.2009

 

Pour compléter:

 

http://nl.wikipedia.org/wiki/Pyjamazweefvlieg

 

 

17/09/2010

Linaire commune

 

En été, les grappes de fleurs d'un jaune brillant de la linaire commune ( Linaria vulgaris) se remarquent dans le terrain qui jouxte notre jardin.

IMG_2481-rec-cadre3.jpg

On la dénomme parfois gueule-de-lion, muflier sauvage ou encore chasse-venin.

 

En anglais ( au Canada): Toadflax, Butter-and-eggs, Common toadflax, Yellow toadflax, Wild snapdragon.

 

Très mellifères, les fleurs attirent abeilles et bourdons, seuls capables, par leur poids, d'ouvrir le palais et d'aller chercher le nectar au fond de l'éperon, tout en assurant la pollinisation.

 

Ici nous avons un bourdon des champs (Bombus pascuorum), une ouvrière aux pattes chargées de pollen.

IMG_2483-rec-cadre3.jpg

 

IMG_2484-rec-cadre3.jpg

IMG_2488-rec-cadre3.jpg

IMG_2489-rec-cadre3.jpg

 

Revoir:

 

http://papylou.skynetblogs.be/archive/2009/08/22/linaria-...

 

http://papylou.blogs.lalibre.be/archive/2009/08/22/linari...

 

 

Pour compléter:

 

 

http://www.marchelibre.be/Pages%20Grune/linairecommune.htm

 

http://www.kuleuven-kortrijk.be/bioweb/?lang=fr&detai...

 

 

 

 

09:01 Écrit par Papylou-999 dans Nature, Photographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jardin, été, insecte, linaire, linaria vulgaris, bourdon

16/09/2010

Eristale

 

Les clochettes de l'heuchére (Heuchera) ne sont pas très grandes; elles attirent pourtant les butineurs du jardin.

 

Ainsi, ce diptère avec un dessin de l'aile très caractéristique qui permet de l'identifier.


IMG_2418-1-cadre3.jpg

Il s'agit d'un syrphe, et plus particulièrement d'une éristale.

 

Mais laquelle?

 

IMG_2405-rec-cadre3.jpg

IMG_2408-rec-cadre3.jpg

IMG_2411-rec-cadre3.jpg

IMG_2413-rec-cadre3.jpg

IMG_2414-rec-cadre3.jpg


IMG_2415-rec-cadre3.jpg

Difficile d'aller plus loin dans l'identification sur base de ces photos.

 

Qu'en pensez-vous?

 

Revoir:

 

http://papylou.blogs.lalibre.be/tag/eristale

 

http://papylou.skynetblogs.be/archive/2009/12/04/eristali...

 

 

Pour compléter:

 

 

http://aramel.free.fr/INSECTES15terterter.shtml

 

http://www.insecte.org/spip.php?article91

 

http://galerie-insecte.org/galerie/wiki.php?eristalis

 

 

 

 

09:58 Écrit par Papylou-999 dans Nature, Photographie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jardin, été, éristale, eristalis sp., insecte

15/09/2010

Azuré des nerpruns

 

Infatigable, il volette tout l'été dans le jardin, ne se posant que rarement sur l'une ou l'autre fleur.

Ici, il est intéressé par les fleurs de symphorine, au fond du jardin.

 

IMG_2569-bis-cadre3.jpg

IMG_2572-res-cadre3.jpg

Ses dénominations sont nombreuses: azuré des parcs, azuré des nerpruns ou encore argus à bande noire. Sa dénomination latine est heureusement unique: Celastrina argiolus

C'est un papillon vif et discret, presque blanc-gris lorsque ses ailes sont repliées et il ne montre sa couleur bleue qu'ailes déployées, lorsqu'il vole en hauteur, passant d'un jardin à l'autre.

Le dessus du mâle est bleu, finement bordé de noir. Celui de la femelle est bleu clair à violet avec une large bordure noire sur les ailes antérieures.

La génération estivale de ce joli papillon pond ses œufs sur les bourgeons et boutons floraux des lierres alors que la génération de printemps se contente de divers arbustes (cornouillers, houx, robiniers).

Comme la chenille de l’azuré commun, celle de l’azuré des parcs est prise en charge par des fourmis.

Il hiverne sous forme de chrysalide accrochée aux feuilles; il se doit de choisir une plante arbustive ne perdant pas ses feuilles en hiver.

 

IMG_2746-rec-cadre3.jpg

IMG_2747-rec-cadre3.jpg

 

IMG_2859-rec1-cadre3.jpg

IMG_2868-rec-cadre3.jpg

 

Remarque:

A partir du 16 août 2010, les photos sont prises avec l' EOS 50D qui remplace mon fidèle EOS 350D tombé en panne après environ 32000 photos.



Revoir:

 

http://papylou.blogs.lalibre.be/tag/azur%C3%A9+des+nerpruns

 

http://papylou.skynetblogs.be/archive/2010/05/12/argus-a-bande-noire.html

 

http://papylou.skynetblogs.be/archive/2009/07/23/celastrina-argiolus.html

 

 

 

Pour compléter:

 

http://www.natagora.org/index.php?option=com_content&task=view&id=827&Itemid=168

 

http://www.kauwberg.be/papillon.htm

 

http://aramel.free.fr/INSECTES13-9%27.shtml

 

http://www.centrepaulduvigneaud.be/biodiversite/papillons.html

 

 

 

 

14/09/2010

Sauterelle ponctuée

 

Je l'ai aperçue au fond du jardin.

IMG_2833-rot-cadre3.jpg

On l'a reconnaît à sa livrée vert pomme constellée de petit points rouges sombres, presque noirs.

 

Ses ailes et élytres sont atrophiés. Elle a de longues antennes, plus longues que le corps. C'est d'ailleurs une caractéristique des sauterelles.

 

C'est la bien nommée sauterelle ponctuée (Leptophyes punctatissima) déjà observée dans le jardin.

 

Elle se rencontre dans tout le pays, dans les buissons, au bord des forêts. Elle est végétarienne.

 

Sa stridulation est très faible (perceptible surtout avec un détecteur d'ultrasons, comme ceux utilisés pour les chauves-souris) et, en raison de son habitat, l'espèce est discrète.

 

C'est un individu mâle qui est présenté ici, reconnaissable par ses deux cerques caudaux en forme de crochets.

 

Remarque: l'orientation de certaines photos a été modifiée pour une meilleure visualisation de la sauterelle.

 

IMG_2838-bis-cadre3.jpg

IMG_2842-rec-cadre3.jpg

IMG_2849-rec-cadre3.jpg

IMG_2850-rec-cadre3.jpg

Revoir:

 

 

http://papylou.blogs.lalibre.be/archive/2008/08/27/sauter...

 

http://papylou.skynetblogs.be/archive/2008/08/27/sauterel...

 

http://papylou.skynetblogs.be/archive/2008/08/31/sauterel...

 

 

Pour compléter:

 

http://aramel.free.fr/INSECTES9bis-4.shtml

 

http://www.biodiversite52.be/Public/Theme.php?ID=3549

 

http://www.centrepaulduvigneaud.be/biodiversite/orthopter...

 

 

A visiter: enregistrement chauve-souris et sauterelle ponctuée

 

http://www.afblum.be/bioafb/especes/chiropte/chiropte.htm

 

 

Il convient de ne pas confondre ces cris brefs et puissants, audible de plus loin que les cris d'écholocation, avec le chant ultrasonique de la sauterelle ponctuée Leptophyes punctatissima, qui chante de nuit -comme de jour- dans les buissons bas: son chant, fait de sons moins puissants -il n'est audible qu'à quelques mètres- et plus brefs que les cris de pipistrelle commune, est émis à un rythme régulier toutes les 3(-5) secondes. Il est audible au détecteur ultrasonique de chauves-souris à des fréquences de 30-50 kHz (maximum de puissance vers 35 kHz), semble très aigu lorsqu'on règle l'appareil à 25 kHz, et ne se détecte presque plus à 20 kHz, contrairement aux cris de pipistrelle commune.

enregistrement nocturne du chant de la sauterelle ponctuée Leptophyes punctatissima (Pettersson D200 réglé sur 25 kHz - 06/09/2008 - Hamois, Belgique) On perçoit aussi à cette fréquence le rythme régulier du chant puissant de la grande sauterelle verte Tettigonia viridissima.

enregistrement nocturne du chant de la sauterelle ponctuée Leptophyes punctatissima (Pettersson D200 réglé sur 30 kHz - 06/09/2008 - Hamois, Belgique)

enregistrement nocturne du chant de la sauterelle ponctuée Leptophyes punctatissima (Pettersson D200 réglé sur 35 kHz - 06/09/2008 - Hamois, Belgique)

enregistrement nocturne du chant de la sauterelle ponctuée Leptophyes punctatissima (Pettersson D200 réglé sur 40 kHz - 06/09/2008 - Hamois, Belgique)

enregistrement nocturne du chant de la sauterelle ponctuée Leptophyes punctatissima (Pettersson D200 réglé sur 45 kHz - 06/09/2008 - Hamois, Belgique)

 

13/09/2010

Aeschne bleue

 

Chaque année nous scrutons attentivement les feuillages des plantes de la mare pour observer l'éclosion des grandes libellules. La durée de leur métamorphose est fonction des conditions météorologiques. S'il fait chaud, elles disparaissent rapidement après leur éclosion.

IMG_2712-1-cadre3.jpg

Un beau jour, la larve quitte le milieu aquatique et grimpe en haut d'un support. Les griffes des pattes sont fermement ancrées. L'individu fait alors augmenter la pression dans son thorax; ce dernier se gonfle et la carapace se fend entre les étuis des ailes. La tête, le thorax, les ailes et les pattes se libèrent, laissant une dépouille, l'exuvie. Au bout d'une demi-heure, l'imago sort son abdomen de la dépouille; les ailes et l'abdomen se dilatent. Les ailes se déploient et sèchent lentement. Puis la libellule effectue son premier vol, qui l'emmène pour assez longtemps hors du milieu aquatique.

 

Cette année, nous avons un peu de chances et nous observons 3 libellules en deux jours.

 

Quant à l'identification, je pense à l'aeschne bleue (Aeshna cyanea) qui vole de juillet à octobre.

 

Le mâle et la femelle sont aisément reconnaissables à leurs deux grosses taches claires sur le dessus du thorax et aux deux derniers segments de leur abdomen dont les taches confluent pour former un bandeau clair caractéristique.


IMG_2626-rec-cadre3.jpg

 

 

IMG_2639-rec-cadre3.jpg

IMG_2651-1-cadre3.jpg

Revoir:

 

http://papylou.skynetblogs.be/archive/2009/12/11/aeschne-...

 

Pour compléter:

 

http://odonates22.chez-alice.fr/anisopteres/aeschne_bleue...

 

http://environnement.wallonie.be/amisdelafagne/photos/Pho...

 

http://www.les-mares.com/html/invertebres/anisopteres.php

 

12/09/2010

Molène de Chaix

 

Cette plante est apparue cette année dans le jardin, à deux endroits très distincts.

IMG_2022-rec-cadre3.jpg

IMG_2450-rec-cadre3.jpg

Une première piste pour son identification: elle ressemble à la moléne (Verbascum) mais avec des fleurs blanches.



Un coup d'oeil dans la flore: les molènes ont généralement des fleurs jaunes sauf la molène lychnite (Verbascum lychnitis) qui peut avoir des fleurs blanches. Elle est localisée surtout en terrain calcaire. Les étamines ont des poils laineux blanchâtres!



Cela ne correspond pas à notre belle inconnue avec ses étamines couvertes de poils mauves.


IMG_2020-rec1-cadre3.jpg

IMG_2450-rec1-cadre3.jpg

IMG_2450-rec2-cadre3.jpg

En cherchant encore un peu, je suis arrivée à la molène de Chaix et plus particulièrement à la variété de couleur blanche (Verbascum chaixii « Album ») qui serait une plante cultivée.



Notre flore la classe dans les adventices, c'est-à-dire des plantes originaires d'une région située en dehors du territoire étudié, qui apparaissent sporadiquement dans ce territoire, à la suite d'une introduction fortuite; et qui ne persistent généralement que peu de temps dans ses stations.



On trouve la molène de Chaix (à fleurs jaunes) dans le sud-est de la France.



Ce monsieur Chaix était un abbé du XVIIIème, savant botaniste des Hautes-Alpes et cette plante lui fut dédiée.



Ne pas confondre avec le bouillon blanc: Verbascum thapsus





Pour compléter:



http://jeantosti.com/Fleurs/molene.htm



http://www.jardindupicvert.com/4daction/w_partner/molene_chaix_album_verbascum_chaixii.2954



http://www.pbase.com/jrbibeau/f_molene_de_chaix





Intéressant:



http://www.bium.univ-paris5.fr/sbf/activ_drome.htm



http://amarantepignan.free.fr/herbier.html



http://www.labarule.com/liste_plantes_af.php?id=66