29/07/2010

Auvergne - fin

Le voyage en Auvergne est terminé.

Merci de nous avoir suivi pendant ces 15 jours.

Pour retrouver une note, cliquer sur le titre.

Bonne fin de journée

Bien à vous

 

Papylou

 

 

 

Titre de la note

Contenu

Auvergne - 15 suite

Moudeyres, Plateau du Mezenc

Auvergne - 15

Le Puy-en-Velay

Auvergne - 14

Gerbier de Jonc, Les Vans (Ardéche), Pradelles

Auvergne - 13

St-Flour, Lavoûte-Chilhac

Auvergne - 12

Vic-sur-Cère, Plomb du Cantal

Auvergne - 11

Gorge de la Truyère, Mur-de-Barrez, Chaudes-Aigues

Auvergne - 10

Puy Mary, Salers

Auvergne - 9

Blesle, Brioude, Lavaudieu

Auvergne - 8 (suite)

Clermont Ferrand, Billom, Murol

Auvergne - 8

N.D. Du Port (Clermont Ferrand)

Auvergne - 7 (suite)

Puy de la Vache, Puy de Lassolas

Auvergne -7

Puy de la Vache, Puy de Lassolas

Auvergne - 6

Orcival, Besse

Auvergne - 5 (suite)

Usson, Nonette

Auvergne - 5

St-Nectaire, Issoire, St-Saturnin

Auvergne - 4

Effiat, Ennezat, Riom, Mozac

Auvergne - 3

Souvigny, St-Menoux, Moulins

Auvergne - 2

Vichy

Auvergne - 1

Gorges de la Sioule, Charroux, Veauce, Ebreuil

Vers l'Auvergne :...

Paray-le-Monial

Vers l'Auvergne

Marville

Auvergne

Introduction

14:13 Écrit par Papylou-999 dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vacances, auvergne, art roman

21/07/2010

Auvergne - 9

 

Jeudi 24 juin

 

Sous le soleil, nous reprenons la route vers une nouvelle chambre d'hôte à Badailhac dans le Cantal.

 

Chemin faisant, nous visitons quelques jolis villages: Blesle, Brioude et Lavaudieu.

 

Créée vers le milieu du IXe siècle, une abbaye de Bénédictines a permis l'existence et le développement du village de Blesle.

 

IMG_1616-bis-cadre3.jpg
IMG_1637-rec-cadre3.jpg

 

Les barons de Mercoeur construisent au XIe siècle, une forteresse dont il ne reste aujourd'hui que le donjon.

 

IMG_1629-bis-cadre3.jpg

 

C'est au XIIe siècle que Blesle s'agrandit et s'entoure de remparts.

 

Si l'abbatiale romane St-Pierre, des XIème et XIIème s., était la paroisse des moniales, des seigneurs et des officiers royaux, l'église gothique St-Martin était celle du reste de la population.

 

IMG_1617-rec-cadre3.jpg
IMG_1621-bis-cadre3.jpg
IMG_1618-rec-cadre3.jpg
IMG_1619-rec-cadre3.jpg
IMG_1623-bis-cadre3.jpg
IMG_1622-bis-cadre3.jpg
IMG_1625-bis-cadre3.jpg

 

Détruite à la Révolution, elle doit le salut de son clocher à l'horloge communale qu'il abrite.

 

IMG_1630-bis-cadre3.jpg

 

Donc, à Blesle, une église sans clocher et un clocher sans église!

 


 

Le tombeau vénéré de Saint Julien valut à Brioude une affluence de pèlerins durant tout le Moyen Age.

 

IMG_1638-bis-cadre3.jpg

 

La basilique St Julien est la plus grande église romane d'Auvergne.

 

IMG_1663-bis-cadre3.jpg
IMG_1640-rec-cadre3.jpg

 

Elle se rattache à l'école romane auvergnate par son chevet étagé et ses pierres de différentes couleurs mais en diffère par d'autres points comme l'agencement des portails.

 

A l'extérieur on admire le chevet à la belle ordonnance, orné d'un bandeau de mosaïques et de modillons ou alternent masques grimaçants et animaux.

 

Entre les arcatures et la corniche, on observe de superbes mosaïques, où l'on retrouve des étoiles à huit branches.

 

IMG_1638-rec2-cadre3.jpg

 

Sous le porche sud, les vantaux, jadis recouvert de peau, ont encore leurs pentures romanes et leurs superbes heurtoirs de bronze.

 

IMG_1665-bis-cadre3.jpg
IMG_1664-rec-cadre3.jpg

 

A l'intérieur, l'ampleur du vaisseau et la chaude coloration intérieure due aux pierres utilisée au XIème siècle (grès rose d'Alvier, scories rouges de la Vergueur, grès jaune de Lauriat) et aux vitraux sont frappants.

 

IMG_1644-bis-cadre3.jpg
IMG_1647-bis-cadre3.jpg
IMG_1651-bis-cadre3.jpg

 

Dans la nef et les bas-côtés, des chapiteaux historiés fort curieux. Ils invitent à un voyage dans le temps et l'imaginaire médiéval. Nombre d'entre eux révèlent une culture fortement imprégnée de l'antiquité: feuillages, centaures, griffons. D'autres révèlent les travers des hommes de l'époque: batailles, instinct guerrier.

 

Les chapiteaux de la nef s’apparentent aux productions des ateliers de Mozac ; ceux du chœur sont plutôt à rattacher à l’atelier de sculpteurs de la cathédrale du Puy-en-Velay.

 

Sur les piliers, des vestiges de peintures anciennes exposent des scènes bibliques et narratives insérées dans de riches motifs décoratifs..

 

IMG_1641-bis-cadre3.jpg

 

Dans la tribune de la chapelle St Michel, que l'on atteint par un escalier bien difficile, des fresques du début du XIIIème siècle représentant le Christ dans sa gloire. Elles ont été mal restaurées au XIXème siècle.

 

IMG_1654-bis-cadre3.jpg

 

De cette tribune, une magnifique vue de la nef et des chapiteaux.

 

IMG_1655-bis-cadre3.jpg
IMG_1656-rec-cadre3.jpg
IMG_1657-bis-cadre3.jpg
IMG_1660-bis-cadre3.jpg
IMG_1653-bis-cadre3.jpg
IMG_1652-bis-cadre3.jpg

 

Des vitraux contemporains apportent une lumière et des couleurs inattendues. Créés par l'artiste et moine dominicain Kim En Joong, ces vitraux sont l'une des plus importantes créations du genre en Europe.

 

IMG_1646-rec-cadre3.jpg
IMG_1650-rec-cadre3.jpg

 

La flèche de l'église de Lavaudieu a été démolie en partie lors de la révolution.

 

IMG_1675-bis-cadre3.jpg

 

A l'intérieur, la nef est ornée de belles fresques du XIVème siècle, découvertes en 1967.

 

 

IMG_1669-bis-cadre3.jpg
IMG_1670-bis-cadre3.jpg
IMG_1668-bis-cadre3.jpg

 

 

Pour compléter:

 

http://www.blesle.com/default.asp

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Blesle

 

http://brioude43.free.fr/

 

http://www.art-roman.net/brioude/brioude.htm

 

http://architecture.relig.free.fr/brioude.htm

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Brioude

 

http://www.romanes.com/Brioude/

 

http://www.art-roman.net/lavaudieu/lavaudieu.htm

 

http://www.romanes.org/Lavaudieu//index.html

 

http://www.les-plus-beaux-villages-de-france.org/fr/lavaudieu-0

 

http://pagesperso-orange.fr/revue.shakti/lavaud.htm

 

 

 

09:48 Écrit par Papylou-999 dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vacances, auvergne, art roman, brioude, blesle, lavaudieu

19/07/2010

Auvergne - 8

 

Mercredi 23 juin

 

Au programme: visite de Clermont-Ferrand et retour par Billom et Murol(s)

 

 

La basilique romane Notre-Dame du Port, construite au XIIe siècle, a été classée au patrimoine mondial par l'UNESCO en 1998. Après avoir subi de lourds travaux de restauration intérieure et extérieure, elle a rouvert ses portes au public en 2008.

 

Enclavée dans un quartier de la vieille ville, elle passe quasi inaperçue.

 

IMG_1581-bis-cadre3.jpg

 

Malgré le manque de recul l'ordonnance classique auvergnate des masses du chevet, du massif barlong et du clocher apparaît. Le clocher octogonal à deux étages est la réplique reconstruite au XIXe siècle de celui de l'église de Saint-Saturnin lequel est un des rares clochers à avoir échappé aux mutilations révolutionnaires.

IMG_1584-bis-cadre3.jpg

Des mosaïques - alliant l'arkose blonde de Montpeyroux et la pierre volcanique - et des niches ornent l'abside et les chapelles rayonnantes. Les claveaux bicolores - clairs et foncés - sont caractéristiques de la technique mozarabe, dont l'exemple le plus célèbre est l'ancienne mosquée de Cordoue.

 

IMG_1586-bis-cadre3.jpg

 

La corniche des chapelles absidales est une des plus riches; car non-seulement les corbeaux et les chapiteaux sont finement travaillés, mais les tablettes sont décorées de billettes, et leur surface vue, entre les corbeaux, est ornée d'une sorte de petite rosace creuse. Les entre-corbeaux sont composés de pierres noires et blanches formant des mosaïques, et, sous les corbeaux, règne aussi un cordon de billettes.

 

IMG_1583-bis-cadre3.jpg
IMG_1585-bis-cadre3.jpg

 

On ne peut manquer d'admirer l'étagement des toitures, la douceur des courbes, l'élégance des contreforts-colonnes aux merveilleux chapiteaux et la richesse du décor des mosaïques.

 

La porte sud est un joyau de l'art roman; le linteau en batière est magistralement sculpté.

 

IMG_1580-bis-cadre3.jpg

 

Malgré de nombreuses mutilations, on reconnait de gauche à droite: l'Adoration des mages, la Présentation au temple et le Baptême du Christ. Au tympan, le Christ en majesté ayant à ses côtés deux Séraphins pourvus chacun de trois paires d'ailes.

 

IMG_1580-rec-cadre3.jpg

 

Suite à la restauration, l'intérieur est baigné de lumière.

 

IMG_1571-bis-cadre3.jpg
IMG_1572-bis-cadre3.jpg

 

La croisée du transept comporte des murs ajourés de baies supportant une coupole sur trompes. Noter la " porte de l'au-delà " ou en termes moins imagés le petit oculus central.

 

IMG_1574-bis-cadre3.jpg

 

Le choeur est surélevé et entouré par quatre chapelles. Les chapiteaux, qui ornent les différents piliers représentent des personnages aux expressions très réalistes.

 

IMG_1570-bis-cadre3.jpg
IMG_1569-rec-cadre3.jpg

 

Quatre, sur les huit couronnant les colonnes, sont historiés et présentent un intérêt exceptionnel.


Ils sont pour l'ensemble signés du sculpteur Rotbertus et révèlent un art éloquent du scénario :


  • Le premier représente la lutte des vices et des vertus: lutte de la charité contre l'avarice, la colère en train de se tuer, la largesse et la charité écrasant les vices opposés, Etienne (donateur des chapiteaux) félicité pour sa générosité.

 

  • Le second est consacré à la Vierge: l'annonce à Zacharie, l'Annonciation, la Visitation, le songe de Joseph.

 

  • Le troisième raconte la chute d'Adam et Eve: la tentation, le jugement de Dieu, Adam et Eve chassés du Paradis, le Paradis perdu.

 

  • Le quatrième a pour thème la glorification de Notre-Dame: l'Assomption (le Christ soulève le corps de sa mère au dessus de son sarcophage), une figure féminine ailée annonce la montée vers la Jérusalem céleste, les portes du Paradis sont à nouveau ouvertes à l'humanité, un ange présente le livre de la vie.

 

 

D'autres chapiteaux historiés sont visibles sur le pourtour du déambulatoire.

 

Détails:

 

La colère en train de se tuer

 

 

IMG_1568-rec-cadre3.jpg

 

L'Assomption

 

 

IMG_1565-rec-cadre3.jpg

 

Autres chapiteaux

 

IMG_1579-bis-cadre3.jpg
IMG_1578-rec-cadre3.jpg
IMG_1576-rec-cadre3.jpg
IMG_1566-rec-cadre3.jpg
IMG_1564-bis-cadre3.jpg
IMG_1563-rec-cadre3.jpg

 

 

(A suivre)

 

Pour compléter:

 

http://www.art-roman.net/ndport/ndport.htm

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Basilique_Notre-Dame-du-Port

 

http://pagesperso-orange.fr/marc.champommier/port0.html

 

http://homepage.mac.com/joel.jalladeau/phem/page1/page1.html

 

http://www.encyclopedie.bseditions.fr/article.php?pArticleId=110&pChapitreId=32510&pSousChapitreId=32552&pArticleLib=Auvergne+%5BL%92art+roman+en+France-%3ELe+second+%E2ge+roman%5D

 

http://www.techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=6810

 

http://web.me.com/joel.jalladeau/images/index.html

 

 

 

 

 

10:27 Écrit par Papylou-999 dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vavances, auvergne, art roman, clermont-ferrand, n.d. du port

16/07/2010

Auvergne - 6

 

Lundi 21 juin

 

C'est l'été!

 

Il fait encore bien frisquet à 1000 m d'altitude. Le polaire est toujours apprécié. Il a neigé sur le puy de Sancy, point culminant de l'Auvergne

 

Le programme du jour: Orcival, La Bourboule, La Tour-d'Auvergne, Besse-et-St-Anastaise et Le Mont-Dore.

 

IMG_1470-bis-cadre3.jpg

 

Le trésor d'Orcival est son église, modèle de l'art roman auvergnant du XIIème siècle. Elle est plus austère mais aussi plus élancée et plus élégante que les autres églises majeures d'Auvergne.

 

IMG_1473-rec-cadre3.jpg

 

Le clocher octogonal élevé à la croisée du transept, se compose de deux étages ajourés. Aussi le choeur est-il inondé d'une lumière qui met en évidence l'élégance des colonnes du déambulatoire et des 4 absidioles.

 

IMG_1462-bis-cadre3.jpg

 

Notre-Dame d'Orcival était aussi parfois appelée Notre-Dame-des-Fers pour son intercession en faveur des détenus : des menottes et des chaînes à boulets sont suspendues comme ex-voto au-dessus de la porte d'entrée, déposées par des prisonniers délivrés après avoir prié Notre-Dame d'Orcival.

 

IMG_1474-rec-cadre3.jpg

 

Au-dessus du maître-autel, une vierge en majesté du XIIème siècle. C'est une des rares sculptures sur bois, avec celle de Sainte-Foy de Conques, qui a gardé sa parure de plaques d'or et d'argent.

 

IMG_1458-rec-cadre3.jpg

 

Accueillante statue au calme maternel, on y lit le trait plein et si grave, si tendre, des femmes fleurissant sur ces terres, image de l'amour d'où jaillit toute vie.

 

IMG_1459-rec-cadre3.jpg

 

La Bourboule possède les eaux les plus arsenicales d'Europe, utilisées pour le traitement des voies respiratoires.

 

La Tour-d'Auvergne est bâtie sur un plateau terminé par des orgues basaltiques.

 

Besse-et-Saint-Anastaise a conservé ses quartiers anciens et ses fortifications.

 

IMG_1478-rec-cadre3.jpg

 

 

IMG_1479-bis-cadre3.jpg

 

Dans la rue de la boucherie on remarque des « taules » ou boutiques du XVème siècle.

 

IMG_1480-bis-cadre3.jpg

 

 

Près de la place de la Prairie, on découvre la maison dite de la Reine Margot. Selon une légende locale, Marguerite de Valois y aurait séjourné.

 

IMG_1481-bis-cadre3.jpg

 

Dans l'église romane datant du XIIème siècle, la statue de Notre Dame de Vassivière et quelques chapiteaux historiés.

 

IMG_1484-bis-cadre3.jpg
IMG_1483-rec-cadre3.jpg

 

Le Mont-Dore est situé au pied du massif du Sancy. C'est une ville thermale; les eaux éraient déjà exploitées par les Gaulois. Les eaux sont très siliceuses et chargées en gaz carbonique; leur température varie entre 38 °C et 44 °C.

 

Pour compléter:

 

http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/itiinv/orcival/orci01.htm

 

http://www.art-roman.net/orcival/orcival.htm

 

http://pagesperso-orange.fr/marc.champommier/orcival0.html

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Besse-et-Saint-Anastaise

 

 

 

10:13 Écrit par Papylou-999 dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vacances, auvergne, art roman, besse, orcival

14/07/2010

Auvergne - 5

 

Dimanche 20 juin

 

Nous partons à la découverte des églises romanes: St-Nectaire, Issoire et St-Saturnin. Au passage nous visitons aussi Nonette et Usson où nous retrouvons les traces de la Reine Margot .

 

Autour de l'église de Notre-Dame-du-Port, à Clermont-Ferrand, un groupe d'édifices s'est constitué en basse Auvergne ; ces édifices possèdent des caractères communs qui les différencient des autres églises romanes. Tout en respectant pour chaque édifice les conditions du terrain et du matériau, les architectes du milieu du XIIème siècle ont répété le modèle de Notre-Dame-du-Port sans apporter à celui-ci de modifications importantes.

 

IMG_1371-rec-cadre3.jpg

 

L'église de Saint-Nectaire fait partie de ce groupe. Admirablement située sur un haut socle rocheux, au cœur d'un des plus beaux paysages de l'Auvergne, elle fait face aux monts Dore. C'est sur la tombe de saint Nectaire que fut construit cet édifice, vraisemblablement à l'instigation des moines de la Chaise-Dieu, dont dépendait le prieuré. L'homogénéité de l'édifice permet de supposer que les travaux furent menés assez rapidement.

 

IMG_1387-rec-cadre3.jpg
IMG_1388-rec-cadre3.jpg

 

L'intérêt capital de l'église réside dans le merveilleux ensemble de chapiteaux historiés qui décorent la colonnade du choeur. On remarque la disproportion entre le volume des têtes et celui des corps, réminiscence de l'art gallo-romain, et la vie intense que les sculpteurs romans ont su donner aux visages et aux gestes de leurs personnages.

 

IMG_1383-rec-cadre3.jpg

 

Plus de cent personnages sont représentés dans le rond-point du choeur.

 

IMG_1374-rec-cadre3.jpg
IMG_1375-bis-cadre3.jpg
IMG_1380-bis-cadre3.jpg

 

Ces chapiteaux sont là pour symboliser l'Écriture, interpeler, enseigner. Ce sont des « livres ouverts » qu’il faut, souvent, se faire expliquer, mais qui parlaient aux contemporains des bâtisseurs.

 

L'abbatiale St-Austremoine d'Issoire faisait partie d'une abbaye aujourd'hui disparue.

 

IMG_1390-rec-cadre3.jpg

 

A l’extérieur, il faut apprécier le chevet majestueux, le massif barlong austère mais aussi l’abondance du décor fait de mosaïques, de triangles de rosaces polychromes alternant pierres volcaniques et marbre blanc et qui envahit le massif barlong, les absidioles et l’avancée du choeur.

 

IMG_1391-bis-cadre3.jpg

 

La présence des douze signes du zodiaque peut surprendre, le plus souvent signalé comme symbole de la marche des saisons reconnue comme œuvre divine.

 

IMG_1403-bis-cadre3.jpg

 

Son chevet demeure l'exemple parfait de l'art roman auvergnat.

 

IMG_1394-bis-cadre3.jpg

 

Lors des restaurations du XIXème siècle, on en rendu à l’église sa polychromie intérieure. Elle peut choquer. Mais au moins, rappelle-t-elle que toutes les églises étaient peintes au Moyen-Âge et que l’habitude actuelle de mettre à nu les murs ne correspond nullement à la réalité première. Néanmoins, il faut bien reconnaître qu'il est assez difficile de s'habituer à ces couleurs quelque peu criardes.

 

IMG_1414-bis-cadre3.jpg

 

IMG_1396-rec-cadre3.jpg
IMG_1397-bis-cadre3.jpg
IMG_1398-bis-cadre3.jpg

 

Les quatre chapiteaux historiés du choeur retracent le cycle liturgique de Pâques, du Jeudi Saint au Dimanche de la Résurrection. Ils sont probablement le fruit de sculpteurs expérimentés venus du Languedoc.

 

 

 

 

IMG_1399-bis-cadre3.jpg
IMG_1415-rec-cadre3.jpg

 

 

Celui du Nord - le plus remarquable du programme - est entièrement dédié à la représentation de la Cène. La table forme une ceinture autour de la corbeille.

 

 

Construite au XIIème siècle, l'église de St-Saturnin est la plus petite et la plus sobre des cinq églises majeures d'Auvergne. Elle s'en distingue par l'absence de chapelles rayonnantes autour du chevet.

 

IMG_1438-bis-cadre3.jpg
IMG_1439-rec-cadre3.jpg

 

La forme pyramidale de l'ensemble mène le regard vers le ciel par intermédiaire du massif barlong et du clocher octogonal, qui n'a souffert ni des ans; ni de la révolution. Sa forme à huit côtés et ses deux étages de baies jumelées sous une flèche qui élance l'ensemble sont d'une sobriété exemplaire et d'une simplicité particulièrement élégante.

 

C'est sur le chevet, le massif barlong, les transepts et les murs latéraux que se concentrent les décors: arcatures, frises en damiers et grandes rosaces. Elle utilisent l'alternance de deux pierres très répandues dans la région que sont la lave noire de Volvic et l'arkose blonde de Montpeyroux.

 

IMG_1445-bis-cadre3.jpg
IMG_1454-bis-cadre3.jpg

 

L'intérieur très clair est remarquable par l'harmonie des proportions. La sculpture des chapiteaux est simple et modeste. Elle n'attire pas fort l'attention mais, peut-être, l'éblouissement de l'extérieur de l'église y est-il pour quelque chose? Elle annonce déjà le style gothique qi s'imposera bientôt.

 

IMG_1446-bis-cadre3.jpg

 

Dans le chœur, un maître-autel, provenant de la chapelle du château, est marqué aux chiffres d'Henri IV et de Marguerite de France dite la Reine Margot. Le choeur est surélevé de trois marches ajourées, permettant aux fidèles d'apercevoir les lumières provenant de la crypte.

 

Le mobilier se compose de belles statues de bois doré et d’un St Verny (patron des vignerons) à proximité de la porte d’entrée

 

 

IMG_1451-bis-cadre3.jpg
IMG_1453-bis-cadre3.jpg

 

La décoration de l’art roman

La décoration des églises romanes est simple. A l'intérieur de l'édifice, sur les murs, les piliers et sous les voûtes, partout les églises romanes sont recouvertes de peinture. Toutes les couleurs de ces peintures sont faites avec des produits naturels, ce qui explique la fragilité et la rareté des œuvres ayant résisté au temps. Par exemple, dans la chapelle de Berze-le-Ville se trouve une représentation utilisant un bleu sombre comme le lapis-lazuli (une pierre). Les couleurs dominantes sont l'ocre jaune ou rouge, le vert, le blanc et le noir. Elles sont utilisées pour renforcer les lignes de l'architecture, de la sculpture et pour couvrir les murs de scènes historiques. Sur les colonnes se trouvent du faux marbre qui est imité par de la peinture.

 

La suite demain: Nonette et Usson

 

 

Pour compléter:

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Art_roman

 

http://www.romanes.com/Saint_Nectaire/

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Issoire

 

http://www.romanes.com/Issoire/

 

http://pagesperso-orange.fr/marc.champommier/issoire0.html

 

 

http://saint.saturnin.free.fr/prome/decouverte.htm

 

Arkose:

 

http://www.secretsdepierres.be/index.php?option=com_content&view=article&id=90&Itemid=93

 

 

 

 

10:17 Écrit par Papylou-999 dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vacances, auvergne, st-nectaire, st-saturnin, issoire, art roman

10/07/2010

Auvergne - 4

Samedi 19 juin

 

Nous changeons de chambre d'hôtes pour rejoindre le hameau de Récoleine (commune de Nebouzat) à quelques kilomètres de Clermont-Ferrand. Nous voici donc en route ver le département du Puy-de-Dôme, pays des volcans. Cela se remarque au niveau de l'habitat qui utilise cette pierre de lave noire et souvent des morceaux d'orgues basaltiques.

 

Quelques étapes sur notre route qui n'est pas bien longue.: Effiat, Ennezat, Riom et Mozac.

 

Le château d'Effiat est un bel édifice de l'époque Louis XIII. Un occupant parmi tant d'autres, le marquis de Cinq-mars, favoris de Louis XIII, décapité en 1642, à l'âge de 22 ans, après avoir fomenté une conspiration contre le cardinal Richelieu avec la complicité de Gaston d'Orléans, frère du roi.

 

La cour d'honneur s'ouvre par le grand portail en lave de Volvic.

IMG_1322-bis-cadre3


L'église de Ennezat, appelée parfois la « cathédrale des marais » se compose de deux parties très différentes. La nef, les bas-côtés et le transept; bâtis en arkose, pierre de teinte claire, datent du XIème siècle et relèvent du pur style roman auvergnat. Le clocher octogonal a deux étages de baies et, à chaque angle, une colonne supportant une corniche à modillons.

 

Le choeur gothique, disproportionné, en lave, entouré d'un déambulatoire et de chapelles rayonnantes, a été reconstruit au XIIIème siècle en remplacement d'un ancien choeur roman.

IMG_1325-bis-cadre3

IMG_1324-bis-cadre3

 


 

A l'intérieur, la nef est tout simplement extraordinaire par ses proportions et ses lignes d'une grande pureté. Nulle part on ne peut retrouver cette impression de puissance et d'élégance que donne cette nef haute et étroite.

IMG_1328-bis-cadre3

 

IMG_1329-bis-cadre3

IMG_1336-bis-cadre3


Aux chapiteaux on retrouve les thèmes favoris des sculpteurs auvergnats.

IMG_1335-rec-cadre3


Celui de l'avare est particulièrement original: l'avare est mort, sa bourse pendue autour du cou et sa cassette entre les genoux. Il est nu tandis que les démons qui l'emmènent sont vêtus d'un pagne. Sur la banderole une inscription qui signifie: «  Quand tu as perçu l'usure, tu as fait notre oeuvre ».,

IMG_1332-rec-cadre3


Riom fut longtemps capitale de l'Auvergne avant d'être supplantée par Clermont.

 

La basilique St-Amable a subi de nombreuses modifications au cours des siècles. Les 3 nefs seules sont du XIIème siècle. Le transept présente toutes les caractéristiques du roman auvergnat.; il a été complétement restauré au XIXème siècle.

IMG_1341-bis-cadre3

 

IMG_1342-rec-cadre3

 


 

L'église N.-D.-du-Marthuret date du XIVème et XVème siècle.

 

A l'intérieur, la merveilleuse Vierge à l'oiseau, du XIVème siècle, qui a été sauvée sous la Terreur, par la corporation des bouchers.

IMG_1345-bis-cadre3


Les chapiteaux de l'église de Mozac sont célèbres dans l'histoire de la sculpture romane.

 

Les chapiteaux déposés au fond de l'église proviennent de la colonnade du choeur roman.

 

L'un figure des atlantes dont la tête supporte les angles du tailloir; ils sont agenouillés et leurs mains se tendent vers d'énormes pommes de pin.

IMG_1361-rec-cadre3


L'autre représente les Saintes Femmes au Tombeau; les visages, énormes, ont une expression extraordinaire; un ange, assis à un angle de la corbeille, leur annonce la bonne nouvelle.

 

Sur la face suivante, le tombeau, semblable à une église, et puis les soldats portant l'armure des chevaliers du XIIème siècle, dont l'un écrasé de sommeil s'appuie au tombeau.

IMG_1359-rec2-cadre3

 

IMG_1357-rec-cadre3

 


 

Dans le choeur, un troisième chapiteau a été retrouvé récemment dans un mur.

IMG_1364-rec-cadre3

IMG_1365-rec-cadre3

IMG_1366-rec-cadre3


Les chapiteaux de la nef et des bas-côtés sont aussi très réalistes.

IMG_1362-bis-cadre3

 

IMG_1363-rec-cadre3

 


 

Et il pleut toujours!

 

IMG_1370-bis-cadre3


Pour compléter:

 

http://www.passionchateaux.com/ch_effiat.htm

 

http://www.art-roman.net/ennezat/ennezat.htm

 

http://www.romanes.com/Ennezat/

 

http://www.art-roman.net/mozac/mozac.htm

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Mozac

 

http://www.abbaye.wikibis.com/abbaye_de_mozac.php

 

 

 

10:03 Écrit par Papylou-999 dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vacances, auvergne, puy-de-dome, effiat, ennezat, mozac, art roman

09/07/2010

Auvergne - 3

Vendredi 18 juin

 

Le temps ne s'améliore pas.

 

Nous jouons avec les éclaircies pour visiter le nord du Bourbonnais: Souvigny, St-Menoux et Moulins.

 

Une dizaine d’années après la fondation de l’abbaye de Cluny, Souvigny devient l’une des premières dépendances de l’abbaye bourguignonne et ce lien s’accentue avec Saint Mayeul et Odilon, 4ème et 5ème abbés de Cluny, qui meurent et sont enterrés à Souvigny.


Souvigny ne cessera d’accroître son influence sur le Bourbonnais. Son église prieurale deviendra un centre de pèlerinage fréquenté au Moyen Age, et la capitale spirituelle des Bourbons.

IMG_1292-bis-cadre3

IMG_1275-bis-cadre3

IMG_1286-bis-cadre3


L'église de Souvigny est le St-Denis des ducs de Bourbon. Elle abrite, dans les chapelles vieille et neuve, les sépultures des Ducs Louis II, Jean 1er, François de Bourbon-Montpensier, Charles 1er, Jean II, Pierre II, son épouse Anne de France, leur fille Suzanne, son mari le Connétable de Bourbon et plus récemment (1934), Sixte de Bourbon, duc de Parme.

IMG_1276-bis-cadre3

IMG_1281-bis-cadre3

IMG_1278-bis-cadre3


C'est une étape sur le chemin auvergnat, reliant la via Podiensis à la via Lemovicensis, emprunté par les pèlerins de Saint-Jacques.

IMG_1290-bis-cadre3


Le village de St-Menoux abrite l'un des plus beaux sanctuaire du Bourbonnais. C'est l'ancienne abbatiale d'un couvent de Bénédictines fondé au Xème siècle.

 

Chef d'oeuvre de l'art roman, l'église-abbatiale assemble les décors antique de l'influence clunisienne et bourguignonne et le style auvergnat par l'étagement parfait des toitures du chevet qui rappelle les églises romanes majeures auvergnates comme Notre-Dame-du-Port à Clermont ou encore Saint-Nectaire.

IMG_1294-bis-cadre3

IMG_1293-bis-cadre3

IMG_1302-rec-cadre3


 

Ses chapiteaux présentent des sculptures très élégantes: entrelacs, vanneries, feuillages, palmettes, têtes d'anges, griffons buvant à un même calice.

IMG_1299-bis-cadre3

IMG_1300-rec-cadre3

 


 

Elle est connue pour le tombeau qu'elle renferme « La Débredinoire », qui aurait selon la légende le pouvoir de guérir les simples d'esprits, les « bredins » en langage bourbonnais, lorsqu'ils passent la tête dans l'ouverture du sarcophage..

 

A la mort en terre bourbonnaise de l'évêque irlandais Menulphe, vers le VIIe siècle, son fidèle serviteur, Blaise, simple d'esprit (bredin en parler local), entreprit de percer un trou dans le flanc du sarcophage du saint homme, afin d'y passer la tête pour honorer une fois de plus le vénéré prélat. La légende dit que Blaise en serait ressorti "débrediné" grâce à un ultime miracle du défunt... Depuis, le village de Saint-Menoux est devenu lieu de pèlerinage, et il est de bon ton de passer la tête dans la débredinoire afin d'y abandonner sa folie. Mais attention, ne pas toucher la pierre du sarcophage avec sa tête, sinon l'on hérite de la bredinerie des autres !

IMG_1297-rec-cadre3

 


 

Moulins demeure la tranquille capitale du Bourbonnais.

 

La cathédrale Notre-Dame abrite le très célèbre triptyque du maître de Moulins réalisé pour le compte de Pierre II et Anne de Beaujeu.

IMG_1310-bis-cadre3

IMG_1309-bis-cadre3

 


 

Le triptyque présente sur le panneau central, la Vierge tenant l'Enfant sur ses genoux et entourée d'anges qui la couronnent. Assise sur un trône inscrit dans un halo d'or formant gloire et entouré par un arc-en-ciel, l'Immaculée Conception surmonte un phylactère qui porte l'inscription de l'Apocalypse : « Un grand signe parut dans le ciel : une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds et une couronne de douze étoiles sur la tête ».

 

Les commanditaires de l'oeuvre, Pierre II de Bourbon et son épouse Anne de France, en costume ducal, sont figurés agenouillés sur la face interne des volets. Accompagnés de leur fille Suzanne, ils sont présentés par saint Pierre, en habit pontifical, et par sainte Anne. Suzanne paraît avoir sept ou huit ans, ce qui a permis de situer la création du triptyque vers 1498-1499

image-jpg


Autre curiosité: le Jacquemart, beffroi surmonté d'une charpente couverte et d'un campanile abritant les cloches et les automates qui rythment la vie de la cité. Le père Jacquemart, en uniforme de grenadier et sa femme Jacquette sonnent les heures tandis que les enfants Jacquelin et Jacqueline égrènent les demies et les quarts.

IMG_1313-rec-cadre3


Le Grand Café, café-brasserie sur la place d'Allier, est l'un des plus beaux de France. Inscrit à l'Inventaire des Monuments Historiques, il a conservé sa décoration de 1899. De style Art nouveau, sa devanture de boiseries, ses murs entièrement habillés de miroirs dont les reflets combinés déploient l'espace à l'infini, sa pendule et son baromètre sont formidablement conservés.

IMG_1315-bis-cadre3

IMG_1318-bis-cadre3


Pour compléter:

 

http://www.moulins-tourisme.com/fr/decouvrir/souvigny/souvigny.htm

 

http://www.art-roman.net/souvigny/souvigny.htm

 

http://www.narthex.fr/blogs/abbaye-de-cluny-910-2010/le-prieure-de-souvigny

 

http://www.sitesclunisiens.org/article.php?sid=199

 

http://www.art-roman.net/stmenoux/stmenoux.htm

 

http://www3.ac-clermont.fr/pedago/arts/ressources/a_visiter/maitre_de_moulins.htm

 

http://triptyquemoulins.free.fr/

 

http://www.cyber-centre-culturel.fr/index.php?module=cms&desc=default&action=get&id=3720&selectedMenu=2731

 

 

 

06/07/2010

Vers l'Auvergne : Paray-le-Monial

Avant d'entrer en Auvergne, un petit arrêt pour visiter l'église romane de Paray-le-Monial.

 

La priorale de Paray-le-Monial est édifiée au XIIème siècle par Hugues de Sémur, sixième abbé de Cluny.

 

Elle se construit parallèlement à Cluny III dont elle est « l'admirable réduction ».

 

Les plus importantes églises du groupe de Cluny, à trois étages (grandes arcades, faux triforium, fenêtres hautes) et voûtées en berceau, sont celle de Paray le Monial, construite à la fin du XIè siècle et au début du XIIè par saint Hugues, Saint Andoche de Saulieu, la cathédrale d'Autun construite par Etienne de Bâgé, dédiée par Innocent II à saint Lazare en 1132 et terminée en 1147 avec un porche ajouté après 1178, Notre Dame de Beaune, Saint-Hilaire de Semur-en-Brionnais (dernier tiers du XIIè siècle) et La Charité-sur-Loire.

 

Elle sera restaurée au XIXème siècle par Eugène Millet, élève de Viollet-le-Duc.

 

Avec peu de décoration et une harmonie sobre, c'est l'incarnation même du génie clunisien.

 

Du pont voisin de la ville on peut voir cette magnifique église aux pierres dorées se refléter parfaitement dans le miroir de l'eau lisse et sombre de la Bourbince.

IMG_1205-bis-cadre3


Remarquez la différence entre les deux tours. Celle de droite date du XIème siècle; celle de gauche est du XIIème.

IMG_1204-bis-cadre3


Le chevet pyramidal est un pur chef-d'oeuvre de l'art roman. Les chapelles rayonnantes, les ressauts successifs du sol au clocher, l'équilibre entre les formes et les volumes montrent une rare harmonie.

IMG_1208-rec-cadre3


Sur le coté nord, on note la richesse de la décoration du portail inspirée de l'art musulman: frise de rosace, motifs des colonnes.

IMG_1206-rec-cadre3


Chapiteau sous le porche d'entrée

IMG_1216-bis-cadre3


Dès l'entrée dans la nef, la simplicité de la décoration s'impose. La voûte en berceau brisé permet une élévation importante et une luminosité intéressante.

IMG_1212-bis-cadre3

IMG_1213-bis-cadre3


L'ensemble, à dimension humaine, dégage une harmonie paisible qui contribue à conserver à l'édifice sa vocation première, celle d'être un lieu de prière et de méditation des moines. Elle ne fut ouverte au culte public qu'en 1794.

 

Coté ville, le magnifique hôtel de ville (Maison Jayet) du XVIème siècle avec des médaillons, coquilles, colonnettes, angelots musiciens..... La richesse ornementale de cet édifice célèbre la mémoire de son commanditaire qui fit construire, entre 1525 et 128, la façade de cet hôtel particulier plaquée sur des structures plus anciennes. Son style appartient à la première Renaissance, celle des châteaux de la Loire.

IMG_1217-bis-cadre3

 

IMG_1217-rec-cadre3


Pour compléter:

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Basilique_de_Paray-le-Monial

 

http://www.art-roman.net/paray/paray.htm

 

http://histoire-geographie.ac-dijon.fr/phpwebgallery/index.php?/category/154

 

http://www.romanes.com/

 

http://www.collegeahuntsic.qc.ca/pagesdept/hist_geo/Atelier/Parcours/romane.html

 

 

 

 

 

09:00 Écrit par Papylou-999 dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage, vacances, paray-le-monial, art roman